• IFAC

Accueil  Publications  Articles ou chapitres  La théorie de la (...)

La théorie de la reconnaissance : un modèle critique pour l’éducation ?

In : Fabre, M., Gohier, C. (2015). Les valeurs éducatives au risque du néo-libéralisme, PURH, 79-90

dimanche 15 mars 2015, Alain Patrick Olivier


Alain Patrick Olivier interroge la valeur de la théorie de la reconnaissance pour l’éducation en mettant en rapport son analyse du processus éducatif et sa critique de la société néo-libérale. Il met en évidence la structure éducative de la théorie de la reconnaissance telle qu’elle s’est construite dans la tradition philosophique chez Hegel et Marx pour la confronter à l’interprétation actuelle d’Axel Honneth. La question est de savoir si la lutte pour la reconnaissance est un modèle théorique de résistance face aux formes d’aliénation produites par le capitalisme ou une forme d’adaptation aux réalité du marché et à ses idéologies. Cette clarification s’avère d’autant plus nécessaire que le néo-libéralisme en sa rhétorique théorique et normative a tendance à recycler les concepts de la philosophie critique « car, remarque Alain Patrick Olivier, il y a aussi une structure de reconnaissance dans les politiques et les philosophies managériales ». Bien que Honneth situe son concept de la reconnaissance dans le contexte des relations de domination et en se plaçant du point de vue du dominé, il abandonne de plus en plus le modèle historique et social de lutte pour la reconnaissance au profit du modèle normatif et prescriptif de l’éthique du respect pour autrui et de l’autolimitation de l’activité égoïste. Mais n’est-ce pas lorsqu’elle est appréhendée sous le schéma dialectique de la « lutte » que la théorie de la reconnaissance possède toute sa force critique de remise en cause de l’ordre existant ?

P.-S.

Compte-rendu de l’ensemble de l’ouvrage : Guillaume Arnould, « Michel Fabre et Christiane Gohier, Les valeurs éducatives au risque du néo-libéralisme », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 17 septembre 2015, consulté le 13 octobre 2015. URL : http://lectures.revues.org/18876

titre documents joints




À propos de l'auteur :

Philosophie de l’éducation. Philosophie de l’art. Philosophie allemande.


Courrier électronique : Alain Patrick Olivier


Du même auteur :
  • Hegel saisi par le matérialisme

    La science de la logique et la logique des arts

    La Pensée, 378, avril/juin 2014

    Alain Patrick Olivier
    "Boulez dit, à propos de Klee, que le peintre ne regarde pas la nature pour la reproduire mais pour comprendre ses structures et ses mécanismes, et pour créer sur ce modèle des développements organiques. Il ne copie pas la nature mais il la retrouve dans des schémas. Il s’agit donc d’observer la logique à l’oeuvre dans la nature et de la transposer dans l’art pour en tirer un mode de fonctionnement, un mode de production suivant un certain mode de déduction, de prolifération des idées. Le peintre (...)

  • Sous la direction d’Alain Patrick Olivier & Elisabeth Weisser-Lohmann

    Kunst – Religion – Politik

    Art – Religion – Politique

    Alain Patrick Olivier , Jean-Marie Lardic
    Le lien qui unit les trois sphères culturelles de l’art, de la religion et de la politique est d’une importance centrale pour la philosophie contemporaine. La problématique ne vient pas seulement du fait que ces sphères se sont constituées de façon autonome pour relever de domaines scientifiques distincts. Elle vise aussi bien un processus de transformation social et historique global où se trouvent mise en cause les modèles hiérarchiques et les systèmes d’orientation issus de la tradition, qui (...)

  • Le concept hégélien de l’action

    Michael Quante, Alain Patrick Olivier (trad.)

    Alain Patrick Olivier
    Le livre que voici confronte deux traditions philosophiques que l’on présente volontiers comme antagoniques. La pensée dialectique et la pensée analytique ont leur langue, leurs concepts, leur méthode propres ; mais elles sont aussi traductibles. L’intention de Michael Quante est précisément de parvenir à une synthèse de leurs concepts fondamentaux et de contribuer ainsi à l’unification du débat philosophique. Il montre que l’idéalisme allemand possède une théorie de l’action au sens de la philosophie (...)

  • Hegel, la genèse de l’esthétique

    Alain Patrick Olivier
    "Un discours esthétique proclame que l’art doit être, et l’art devient. Ce discours sur la genèse de l’art est en même temps l’acte de naissance de l’esthétique. Cet ouvrage revient au moment de l’origine et met en évidence le projet scientifique et sa signification. L’esthétique surgit au sein de l’idéalisme allemand, dans une période singulière de l’histoire de l’esprit où se conçoit quelque chose de tel que l’« art » au singulier, objet qui s’impose à la fois comme enjeu majeur du savoir et forme du discours (...)

1 | 2 | 3


Haut de page up

rechercher sur le caphi


aide & repérage

logouniv       Le site du CAPHI est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France.      Creative Commons