• IFAC

Accueil  Publications

  • Philosophie analytique et histoire de la philosophie

    François Schmitz , Jean-Michel Vienne
    Quelle place donner à l’histoire de la philosophie ? “Tradition analytique” et “tradition française” ont eu longtemps des réponses tellement opposées, qu’une tradition pouvait rejeter l’autre d’après ce seul critère ; ceux qui condamnaient la réduction de la philosophie à l’histoire des idées et dénonçaient l’oubli de la dimension intemporelle des argumentations valides, étaient eux mêmes critiqués pour la naïveté de leur silence sur la dimension historique de toute réflexion philosophique. Les positions ont (...)

  • K. P. Moritz, Le concept d’achevé en soi et autres écrits (1785-1793)

    Textes présentés et traduits par Philippe Beck

    Philippe Beck
    Karl Philipp Moritz (1756-1793) constitue un moment décisif dans la pensée de l’œuvre d’art. Contemporain de Kant, « leibnizien tardif », « préromantique » en un sens, il occupe un lieu singulier. La présente édition s’attache à faire découvrir ses essais majeurs (accompagnés d’autres écrits complémentaires), qui, dans le style de la « philosophie populaire », proposent à la réflexion divers objets appartenant aussi bien à l’anthropologie philosophique qu’à l’« esthétique », laquelle n’est plus alors seulement (...)

  • Roberval contre Arnauld

    Ordre et contestation au temps des classiques, Biblio 17, Papers on French Seventeenth Century Litterature, n°73, Paris-Seattle-Tübingen, 1992

    Vincent Jullien
    Gilles Personne de Roberval et Antoine Arnauld, dit le grand Arnauld ont vécu en un même temps et en un même lieu, de la fin des années 1630 environ à 1675, à Paris. Est-ce suffisant pour justifier une étude comparative, pour les opposer ? À l’unité de temps et de lieu, ne manque-t-il pas en effet l’unité d’action pour que la pièce ait quelque consistance ?
    S’ils ont en commun d’avoir été très renommés et controversés de leur vivant puis quelque peu oubliés et sous-estimés par la postérité, ils diffèrent (...)

  • Wittgenstein, la philosophie et les mathématiques

    François Schmitz
    Wittgenstein a consacré aux mathématiques et à la question de leurs fondements de nombreuses « remarques ». Le présent ouvrage à l’ambition d’en faire apparaître l’unité profonde et par là d’en dégager l’importance pour la philosophie, que le style déconcertant de Wittgenstein ne permet pas toujours d’apprécier.
    Wittgenstein ne se propose nullement de fournir une quelconque « philosophie des mathématiques » ; il cherche, tout au contraire, à montrer qu’il est vain de « s’inquiéter » pour elles. En tentant de «  (...)

  • Hegel : Comment le sens commun comprend la philosophie

    suivi de : « La Contingence chez Hegel » par J.-M. Lardic

    Jean-Marie Lardic
    Le philosophe étonne déjà l’homme du commun en voulant comprendre le monde dans lequel celui-ci se contente de vivre. Mais lorsqu’il prétend, de plus, qu’il faut tout comprendre ou comprendre le Tout, l’entendement borné est scandalisé et ne peut supporter cette prétention. C’est sur la contingence que porte le débat, ce qui est mais qui pourrait aussi bien ne pas être, et ne sera bientôt plus. Où est la raison d’être de ce qui n’est que raison ? Les exemples peuvent être facilement évoqués pour se (...)

  • Les Eléments de géométrie de Roberval

    Vincent Jullien
    TEXTES RÉUNIS ET PRESENTÉS PAR VINCENT JULLIEN AVEC UNE PRÉSENTATION GÉNÉRALE ET UNE POSTFACE
    Roberval (1602-75) a rédigé un traité d’éléments de géométrie, resté inédit malgré les nombreuses recommandations de l’académie des sciences. Se détournant de ses recherches et découvertes concernant les méthodes infinitésimales, il s’attaque aux problèmes des fondements de la géométrie. Reprenant le projet euclidien d’une construction déductive de la géométrie, il se montre critique rigoureux des « faiblesses » du corpus (...)

  • La Géométrie de 1637 de René Descartes

    Vincent Jullien
    Descartes a pensé et affirmé avoir ‘achevé la géométrie’, ce qui n’est évidemment pas vrai, comme l’ont immédiatement prouvé les développements ultérieurs de cette science. La revendication cartésienne doit cependant être prise au sérieux car elle n’est pas sans fondement. L’algébrisation à laquelle Descartes donne un élan décisif est un mouvement qui fera bientôt éclater les frontières du domaine traditionnel des mathématiques : caractère de nombres aussi bien que de lignes, expression possible d’algorithmes (...)

  • Popularité de la philosophie

    Textes réunis par Philippe Beck et Denis Thouard.

    Philippe Beck
    À qui les philosophes s’adressent-ils ? Engagent-ils un dialogue intempestif ou contradictoire avec un « petit nombre » d’experts ? Avec tous ceux qu’ils peuvent toucher, ou bien encore parlent-ils à quelque grand nombre à venir ? Faire sortir la philosophie de sa réserve fut la préoccupation des Lumières. Cet ouvrage aborde l’énigme de cette « popularité de la philosophie ». Un dossier fournit des textes « d’époque », rapportant le ton singulier de cette perspective complexe.
    Ens Éditions, collection (...)

  • Garde-manche Hypocrite

    Philippe Beck
    Les textes de Philippe Beck ne sont ni « fumier de la prose » ni « fumier du poème », mais tour à tour du côté de la prose et du côté du poème, dans un compromis qui ne néglige ni l’un ni l’autre, adopte l’un et l’autre, parvient même à créer comme une complémentarité entre les deux -une proximité que l’on croirait inédite.
    Dans ce livre (la première publication de cet auteur), alternent des passages obscurs (une obscurité assez mallarméenne finalement, donc séduisante, énigmatique) et des passages où le sens (...)

1 | ... | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33

Haut de page up

rechercher sur le caphi


aide & repérage

logouniv       Le site du CAPHI est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France.      Creative Commons