• IFAC

Accueil  Publications  Max Scheler : Trois essais sur l’esprit (...)

Traduits, préfacés et annotés par Patrick Lang

Max Scheler : Trois essais sur l’esprit du capitalisme

Nantes, Éditions Nouvelles Cécile Defaut

dimanche 24 janvier 2016, Patrick Lang


Les textes critiques de Max Scheler sur le capitalisme, rédigés au printemps 1914 (avant le début de la Première Guerre mondiale) et inédits en français, occupent une place de premier ordre parmi les études concernant la genèse et la spécificité historiques du capitalisme. Dans le débat inauguré vers 1900 entre sociologues, historiens et économistes à propos des sources religieuses de l’« esprit du capitalisme », Scheler élabore une position aussi originale que méconnue. Dans un dialogue fécond avec les principaux représentants de la discussion académique et avec les différents courants du socialisme, il analyse notamment l’éthos du type humain qui, en tant que bourgeois et entrepreneur, a fait triompher le capitalisme industriel moderne. Le modèle de l’homo oeconomicus minimisant ses coûts et maximisant ses profits, qui sert de référence à la théorie économique depuis le XIXe siècle, y apparaît comme le résultat d’un empoisonnement de la vie psychique des élites sociales, qui conduit à une distorsion pathologique de l’appréhension des valeurs.

Sauvés par le travail ?, préface (p. 7-127) de Patrick Lang.

Max Scheler (1874-1928), que Heidegger considérait en 1928 comme « la plus grande puissance philosophique dans l’Allemagne actuelle – mieux, dans l’Europe actuelle, et même dans toute la philosophie contemporaine », a mis en oeuvre la phénoménologie dans le domaine de l’éthique et de la métaphysique. Parmi ses principaux ouvrages figurent L’homme du ressentiment (1912, trad. fr. 1970) ; Le Formalisme en éthique et l’éthique matériale des valeurs (1913, trad. fr. 1955) ; Nature et formes
de la sympathie
(1923, trad. fr. 1928) ; Problèmes de sociologie de la connaissance (1926, trad. fr. 1993).

P.-S.

  • Format 11,5 x 18,5 cm
  • 300 pages
  • ISBN 978-2-35018-357-2
  • Prix de vente public : 20 €

titre documents joints




À propos de l'auteur :

Directeur du département de philosophie.
Maître de conférences en philosophie et musique.
Spécialités : le concept de valeur dans l’éthique, l’économie, la sociologie ; phénoménologie allemande et française ; phénoménologie de la musique.


Courrier électronique : Patrick Lang


Du même auteur :
  • Centenaire de la naissance de Sergiu Celibidache (1912-1996)

    Sergiu Celibidache :
    La musique n’est rien

    Textes et entretiens pour une phénoménologie de la musique, réunis et traduits de l’allemand par Hadrien France-Lanord et Patrick Lang.

    Patrick Lang
    Cet ouvrage réunit des textes et entretiens où le chef d’orchestre Sergiu Celibidache se propose d’expliquer ses conceptions musicales. Y est abordé de manière phénoménologique le problème de l’essence de la musique à travers les questions centrales que sont, notamment, l’espace et le temps musicaux, le tempo, la transcendance du son, la réduction. Avec ces réflexions sont également en jeu des questions philosophiques de fond, telles que le rapport de la vérité et de la beauté, la liberté, la volonté, (...)

  • Patrick Lang

    Voyage en Orient

    Philosophie du voyage

    Patrick Lang
    « Il n’y a que les Orientaux qui sachent vivre !... J’irai mourir en Orient », s’exclame le Comte de Monte-Cristo chez Alexandre Dumas. Depuis la traduction des Mille et une nuits, l’Orient fait rêver : il est le royaume tout à la fois de l’exotisme, d’un art de vivre raffiné, et du despotisme cruel, ainsi que de sagesses ésotériques. Les romantiques inventent le Voyage en Orient, comme voyage initiatique : quête métaphysique d’un absolu, métaphore de la vie, de ce "voyage que nous accomplissons et qui (...)

  • Réédition revue, actualisée et augmentée d’un ouvrage initialement paru en 1994, depuis longtemps épuisé

    Robert Misrahi : Le bonheur

    Essai sur la joie

    Patrick Lang
    Préface de Patrick Lang
    Nantes, Éditions Cécile Defaut, 2011. 152 p. ISBN : 978-2-35018-094-6
    Les philosophes qui jugent aujourd’hui le bonheur impossible ne font que prolonger un courant qui, de Platon à Kant, en a toujours différé la réalisation. Ils oublient ainsi l’autre courant qui, d’Aristote à Ernst Bloch en passant par Spinoza, avait ouvert une autre voie, en faisant du bonheur la joie en acte : à la fois premier objet de la pensée et noyau d’une existence heureuse et significative. Ce projet (...)

  • Ioana Celebidachi : Sergiu, einmal anders

    Meine Erinnerungen an Celibidache

    Patrick Lang
    Celibidachiana II : Dokumente und Zeugnisse, Band 3
    Eine Edition der Sergiu Celibidache Stiftung
    Herausgegeben von Patrick Lang und Mark Mast
    Endeuillée après le décès de son mari, Ioana Celebidachi est sans cesse encouragée par des amis à écrire ses souvenirs et les incroyables histoires qu’elle a vécues aux côtés de Sergiu Celibidache. "Je finis par céder à ces instances : un beau jour je m’installai à mon bureau et, d’humeur sombre, je commençai à écrire. Et voilà qu’après peu de temps, je me surpris à (...)

  • Klaus Lang : Celibidache und Furtwängler

    Der große philharmonische Konflikt in der Berliner Nachkriegszeit

    Patrick Lang
    Celibidachiana II : Dokumente und Zeugnisse, Band 2
    Eine Edition der Sergiu Celibidache Stiftung
    Herausgegeben von Patrick Lang und Mark Mast
    La correspondance entre Wilhelm Furtwängler et Sergiu Celibidache, publiée pour la première fois en intégralité.
    Printemps 1945. La Seconde Guerre mondiale est finie, mais la vie musicale continue dans Berlin en ruines. Furtwängler est interdit de direction par les Alliés, Leo Borchard prend la tête de l’Orchestre Philharmonique de Berlin. La balle perdue (...)

  • Qu’est-ce que l’argent ?

    Patrick Lang
    S’interroger sur l’argent, c’est se demander, d’une part, ce qui fait sa valeur : pourquoi cette simple pièce de métal ou ce billet imprimé peuvent-ils être échangés contre une certaine quantité d’objets de plus ou moins bonne qualité ? La valeur de l’argent est-elle objective (indexée au cours de la rareté du métal en question, par exemple) ou subjective ? Mais s’interroger sur l’argent, c’est aussi questionner le rapport que nous entretenons avec lui : est-il ce qui nous rend plus libres ou ce qui, au (...)

1 | 2 | 3


Haut de page up

rechercher sur le caphi


aide & repérage

logouniv       Le site du CAPHI est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France.      Contrat Creative Commons