• IFAC

Accueil  Publications  K. P. Moritz, Le concept d’achevé en soi (...)

K. P. Moritz, Le concept d’achevé en soi et autres écrits (1785-1793)

Textes présentés et traduits par Philippe Beck

janvier 1996, Philippe Beck


Karl Philipp Moritz (1756-1793) constitue un moment décisif dans la pensée de l’œuvre d’art. Contemporain de Kant, « leibnizien tardif », « préromantique » en un sens, il occupe un lieu singulier. La présente édition s’attache à faire découvrir ses essais majeurs (accompagnés d’autres écrits complémentaires), qui, dans le style de la « philosophie populaire », proposent à la réflexion divers objets appartenant aussi bien à l’anthropologie philosophique qu’à l’« esthétique », laquelle n’est plus alors seulement une doctrine de la « faculté de connaissance inférieure ».

L’essai, à la fois célèbre et méconnu, Sur le concept d’achevé en soi (1785), mais également le grand texte Sur l’imitation formatrice du beau (1788), fournissent les deux concepts éponymes qui portent cette théorie d’une absolue autonomie propre à la forme artistique. Il ne s’agit plus de « perfection », mais d’autotélie, et cependant il s’agit bien de la relation inventive que le beau et, bientôt, le sublime entretiennent avec la vérité. Dans le même temps, il est question du caractère historique et technique de l’art, déterminé par la tension nouvelle, ou la contiguïté, des objets utiles et in-utiles. Le cerle achevé en soi-même de l’œuvre d’art expose la structure du « plus réel » et du plus « indépendant » : il en découle une critique du signe conçu comme instrument pour dire ou représenter un signifié (un contenu) – critique violente qui met à l’épreuve la force transhistorique de ce qui va s’appeler, à la toute fin du siècle, symbole : l’unité radicale du fond et de la forme, en tant qu’elle produirait un « signe pur » doué d’une transparence hyperbolique.

Philippe Beck met en évidence le rôle que joue ce maillon trop oublié dans la chaîne qui conduit à la philosophie de l’art. Il en restitue le contexte et la postérité – depuis son réinvestissement implicite dans le « romantisme allemand » (les frères Schlegel, puis Jean Paul) et l’idéalisme spéculatif (Schelling), jusqu’aux suites des problèmes soulevés par Walter Benjamin. Une seule question atteste la résonance contemporaine et « intempestive » de ces textes étranges : la nécessité d’une œuvre est-elle fonction de son effacement paradoxal, à force d’opacité inépuisable ?

Presses Universitaires de France, collection « Philosophie aujourd’hui », 1995, 236 p.




À propos de l'auteur :

Maître de conférences. HDR.
Recherches en poétique et en esthétique.
Président de la Commission de Poésie du CNL. Chevalier des Arts et des Lettres.
Membre des comités de rédaction des revues Agenda de la pensée contemporaine, Droit de Cités et Fusées.


Courrier électronique : Philippe Beck


Du même auteur :
  • Déductions

    Philippe Beck
    Les Déductions de Philippe Beck partent de ses livres précédents pour les revisiter, les lire différemment (de Garde-manche hypocrite [1996] à Garde-manche Deux [2004] en passant par Chambre à roman fusible [1997] ou Le Fermé de l’époque [1999]). L’ouvrage met ainsi en contact des écrits séparés, distincts, non pour les refondre, mais pour les confronter et faire apparaître un nouveau sens. L’écriture est serrée, dense. Le sens surgit en même temps qu’il se cache, et la parole poétique apparaît en cela (...)

  • Élégies Hé

    Philippe Beck
    Hélas est le discours premier du chant appelé élégie. Selon une étymologie du chant. Le pays du regret a d’abord deux syllabes mentales, qui développent le cri ou expression animale de la peine. Or, le regret du futur est allégé en comparaison avec la nostalgie animale, ou l’incontrôlable douleur d’un retour, qui possède des humains. Hélas développe les promesses de la peine, avec vitalité et impersonnalité, dans le procédé du soleil ou ses procédures.
    # Broché : 140 pages # Editeur : Théâtre typographique (...)

  • Écrire, pourquoi ?

    Collectif

    Philippe Beck
    Quarante et un écrivains et poètes majeurs ou en devenir qui participent à l’invention de la littérature ont accepté de répondre à la question « Écrire, pourquoi ? » Ce premier livre des éditions Argol, est une remarquable chambre d’écho des questions de l’écriture contemporaine. La première proposition d’une ligne éditoriale singulière et intranquille.
    Philippe Beck – Thierry Beinstingel – Pierre Bergounioux – Bernard Chambaz – Éric Chevillard – Michel Deguy – Philippe Djian – Annie Ernaux – Jean-Michel (...)

  • Garde-manche Deux

    Philippe Beck
    Garde-manche hypocrite est paru en 1996 aux éditions Fourbis. Il est désormais épuisé. Cette nouvelle édition, dans la collection « L’œil du poète » aux éditions Textuel résulte de deux désirs : celui, d’une part, de Christophe Marchand-Kiss, d’accueillir pour la première fois un poète français contemporain, après d’autres, étrangers, tels Augustin Goytisolo, Eduardo Sanguinetti, Volker Braun, Oskar Pastior ou Durs Grünbein ; et d’autre part, de celui de Philippe Beck, de proposer une nouvelle « mouture » de (...)

  • Dans de la nature

    Philippe Beck
    Dans de la nature poursuit le travail de relecture critique des différents genres poétiques entrepris par Philippe Beck dès ses premiers ouvrages et revisite l’idylle (petit poème à thème pastoral et généralement amoureux) en prolongeant la critique des mentalités et des mœurs contemporaines qui est le véritable motif de cette œuvre prise dans son ensemble.
    Le Chanteur Muet, dont le Discours est retiré dans les dépaysages ou Idylles fait des propos idylliques. Il ridylle dans des suites. Et ridyller, (...)

  • S. T. Coleridge, Les Sermons laïques suivi de L’Ami et autres textes

    Textes réunis, traduits et présentés par Philippe Beck et Éric Dayre

    Philippe Beck
    Avec la Biographia Literaria, les proses des Sermons laïques et de L’Ami (écrites de 1816 à 1818) forment l’ensemble théorique le plus abouti dans l’œuvre de Samuel Taylor Coleridge (1772-1834), et le plus vaste ensemble théorique du « romantisme anglais ». Il était jusqu’ici presque onconu et non traduit en France.
    À défaut de constituer un système clos, Coleridge confronte patiemment les enjeux et les domaines classiques de la philosophie (métaphysique, morale et politique) à la vérité de son époque. (...)

  • Aux recensions

    Philippe Beck
    Un hommage aux recensions est un hommage à leur drame. Soit un cas particulier. Bertrand Marchal a édité la chronique des avis contemporains sur un « Prince des poètes », dans Mallarmé, Mémoire de la critique (Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 1998). On trouvera ici, presque à chaque fois, le poème qui répond aujourd’hui à l’ancienne critique contemporaine, intéressé au meilleur et au pire actuels des commentaires. La vie contemporaine est le lieu de la violence. Mais, engin de captation, la (...)

  • Poésies didactiques

    Philippe Beck
    Dans le livre sur la poésie naïve et la poésie sentimentale, Schiller a cette phrase : « On attend encore un poème didactique où la pensée elle-même serait et demeurerait poétique. » C’est comme une réponse à la future phrase ambiguë de l’Esthétique de Hegel : « À strictement parler, la poésie didactique n’est pas de la poésie. » Le didactiqueur est-il fatalement hyper-cultivé, ou chargé ? Non. "Le dernier homme est malin et sait tout ce qui est arrivé ; il n’en finit pas de se gausser. Il se querelle encore mais (...)

1 | 2 | 3


Haut de page up

rechercher sur le caphi


aide & repérage

logouniv       Le site du CAPHI est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France.      Creative Commons