• IFAC

Accueil  Publications  Aristote, Poétique

Aristote, Poétique

Préface de Philippe Beck. Texte traduit par J. Hardy.

vendredi 17 octobre 1997, Philippe Beck


Immense texte bref de la tradition philosophique, rédigé peut-être lors du second séjour d’Aristote à Athènes, entre 335 et 323 avant J.-C., la Poétique a laissé, dans l’histoire de l’art occidental, une trace profonde. C’est la première définition spécifique de la « poésie » et de l’« art » (technè). La poïèsis est une « imitation » (mimèsis) ou un « mime », qui ne reproduit pas une réalité préalable ; si bien que le poème « ne s’intéresse pas à ce qui est, mais à ce qui peut être ». Le traité aristotélicien (cependant longtemps rangé dans l’Organon) décrit plus qu’il ne prescrit et ne constitue pas un « art poétique » (un système de règles). Aristote se préoccupe essentiellement d’expliquer ce qui fait que telle œuvre singulière est une œuvre d’art. S’il a transmis quelques concepts bientôt devenus d’authentiques poncifs (comme la catharsis, qui n’est pas tout à fait définie, et qui paraît assigner à l’œuvre un rôle de « purgation morale »), s’il a été déformé régulièrement et de manière toujours intéressante, ce texte unique et inaugural présente surtout deux grandes modalités du poétique : le drame et le récit, dont les deux formes sont le poème tragique et le poème épique. Restent deux énigmes au moins : la « parodie » (qui est à l’épopée ce que la comédie est à la tragédie), forme contiguë au « genre » dit « anonyme », et la notion d’impossible.

Dans sa préface, Philippe Beck établit un lien entre ces deux (ou trois) énigmes, en les rapportant à la doctrine métaphysique de l’« impuissance ». Il apparaît alors que la division des modes implique l’historicité des formes, si le risque de l’impossible est la teneur qui expose et porte une forme à son renouvellement. Et notamment à la prose. Car la Poétique, c’est frappant, refuse de définir la poésie par le mètre qui, néanmoins, lui est indispensable.

Éditions Gallimard, collection « Tel », 1997, 166 p.




À propos de l'auteur :

Maître de conférences. HDR.
Recherches en poétique et en esthétique.
Président de la Commission de Poésie du CNL. Chevalier des Arts et des Lettres.
Membre des comités de rédaction des revues Agenda de la pensée contemporaine, Droit de Cités et Fusées.


Courrier électronique : Philippe Beck


Du même auteur :
  • Dernière mode familiale

    Philippe Beck
    "Il y a ici tout ensemble une pensée et une tenue, l’une et l’autre accidentées et blessées selon ce qu’aujourd’hui sont le monde et le poème (…) : il suffit qu’il y ait là pensée, poème de pensée et de pesée sur la pensée d’une difficulté (celle d’un monde abîmé, de la guerre et aussi des trous qu’elle a faits dans les hommes et dans la poésie) (…) pour écarter sans hésiter ce reproche de surréalisme qu’on a pu faire à Beck. (…) “Surréalisme” implique (au moins souvent) une magie verbale produisant un insensé (...)

  • Le Colloque de nuit

    Philippe Beck, Yves di Manno et Paul Louis Rossi.

    Philippe Beck
    "Pour dire clairement les choses, il nous a paru qu’il était temps, concernant la Poésie (et la Littérature), d’interrompre cette sorte de fuite en avant qui caractérise l’Art de notre temps, et qui ne vise qu’à précipiter la destruction des formes – de l’intellect, et de la création. Il est temps, nous semble-t-il, d’interroger à nouveau l’esthétique (et donc, la politique) et de tenter une définition neuve de la modernité. On ne verra ici qu’une organisation libre de la pensée. Il ne s’agit ni d’une (...)

  • K. P. Moritz, Le concept d’achevé en soi et autres écrits (1785-1793)

    Textes présentés et traduits par Philippe Beck

    Philippe Beck
    Karl Philipp Moritz (1756-1793) constitue un moment décisif dans la pensée de l’œuvre d’art. Contemporain de Kant, « leibnizien tardif », « préromantique » en un sens, il occupe un lieu singulier. La présente édition s’attache à faire découvrir ses essais majeurs (accompagnés d’autres écrits complémentaires), qui, dans le style de la « philosophie populaire », proposent à la réflexion divers objets appartenant aussi bien à l’anthropologie philosophique qu’à l’« esthétique », laquelle n’est plus alors seulement (...)

  • Popularité de la philosophie

    Textes réunis par Philippe Beck et Denis Thouard.

    Philippe Beck
    À qui les philosophes s’adressent-ils ? Engagent-ils un dialogue intempestif ou contradictoire avec un « petit nombre » d’experts ? Avec tous ceux qu’ils peuvent toucher, ou bien encore parlent-ils à quelque grand nombre à venir ? Faire sortir la philosophie de sa réserve fut la préoccupation des Lumières. Cet ouvrage aborde l’énigme de cette « popularité de la philosophie ». Un dossier fournit des textes « d’époque », rapportant le ton singulier de cette perspective complexe.
    Ens Éditions, collection (...)

  • Garde-manche Hypocrite

    Philippe Beck
    Les textes de Philippe Beck ne sont ni « fumier de la prose » ni « fumier du poème », mais tour à tour du côté de la prose et du côté du poème, dans un compromis qui ne néglige ni l’un ni l’autre, adopte l’un et l’autre, parvient même à créer comme une complémentarité entre les deux -une proximité que l’on croirait inédite.
    Dans ce livre (la première publication de cet auteur), alternent des passages obscurs (une obscurité assez mallarméenne finalement, donc séduisante, énigmatique) et des passages où le sens (...)

1 | 2 | 3


Haut de page up

rechercher sur le caphi


aide & repérage

logouniv       Le site du CAPHI est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France.      Creative Commons