• IFAC

Accueil  Publications  Le Piège du solipsisme, ou de l’absence du (...)

Antoine Grandjean

Le Piège du solipsisme, ou de l’absence du monde

Livre électronique ( 37 p.)

lundi 6 février 2012, Antoine Grandjean


Êtes-vous vraiment certain(e) que le texte que vous lisez existe en dehors de la représentation que vous vous en faites ? Êtes-vous absolument sûr(e) que votre voisin n’est pas un simple produit de votre imagination ? Et la chaise sur laquelle il vous semble être assis(e) ? Et celui qui prétend qu’il va vous entretenir du « solipsisme » ?

On montre ici quels présupposés ont conduit un certain nombre de philosophes à tenir ce doute, si manifestement anti-naturel, pour une attitude théorique au moins temporairement pertinente.




À propos de l'auteur :

Professeur (Philosophie moderne et contemporaine)
Université de Lille


Courrier électronique : Antoine Grandjean


Du même auteur :
  • Critique et réflexion

    Essai sur le discours kantien

    Antoine Grandjean
    Heidegger opposait à la « barbarie » contemporaine l’exemplarité du style philosophique kantien. Mais les grands postkantiens le jugeaient plutôt exemplairement barbare, parce que non thématisé, impropre, et même autocontradictoire. L’ouvrage prend au sérieux ce verdict, pour mieux l’inverser. Il identifie le statut de la connaissance critique, élucide les procédures de validation qu’elle convoque et montre que référer les thèses kantiennes au régime de discours qui les établit permet de prendre la mesure (...)

  • Sur l’échec de tout essai philosophique en matière de théodicée

    Antoine Grandjean
    Est mal ce qui devrait ne pas être. Comment un discours philosophique qui entend montrer que le réel est rationnel pourrait-il s’en accommoder ? La métaphysique classique entreprend alors de justifier le monde et son Créateur, en établissant que ce qui fait scandale n’est une objection qu’apparente : au tribunal de la raison métaphysicienne, la plainte juridique contre Dieu nourrie par la plainte existentielle est toujours déboutée. Kant fait justice de ce procès, en le soumettant lui-même au tribunal (...)

  • Analytique du beau

    Antoine Grandjean
    Pourquoi disons-nous de cette rose qu’elle est belle, et non qu’elle nous est agréable, qu’elle est parfaite, ou qu’elle est vraie ? Et pourquoi, parlant d’une « belle rose », entendons-nous précisément dire autre chose que lorsque nous évoquons une « rose agréable », une « rose parfaite », ou encore une « vraie rose » ? La récurrence du terme de « beauté » dans nos discours se double d’une résistance envers toute substitution par un synonyme. Poser que ce fait têtu n’est pas infondé, c’est tenter de rendre (...)

1 | 2


Haut de page up

rechercher sur le caphi


aide & repérage

logouniv       Le site du CAPHI est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France.      Creative Commons