• IFAC

Accueil  Textes en ligne  Le reniement de Pierre

Le reniement de Pierre

Le paradoxe de la prophétie et l’idée de théologie philosophique

samedi 4 septembre 2004, Cyrille Michon


L’annonce du reniement de Pierre par Jésus est la prédiction d’un acte tenu pour libre, puisqu’il sera objet de repentir. La tradition chrétienne y a vu un exemple de manifestation de la prescience divine, aspect de l’omniscience qu’elle a régulièrement attribué à Dieu. L’omniscience devrait donc être entendue – entre autres – comme une omniprescience : tout ce qui arrivera est su par Dieu, à l’égal de tout ce qui est arrivé, arrive, et de tout ce qui est nécessaire et toujours le cas. Le récit de l’annonce du reniement de Pierre ne dit pas seulement que Jésus savait que Pierre allait le renier, mais qu’il l’a dit à des auditeurs humains, à commencer par Pierre lui-même. Il s’agit donc d’une prophétie au sens que le terme a pris de nos jours : d’une prédiction, et d’une prédiction garantie par la divinité, ici tout particulièrement puisque c’est Dieu incarné lui-même qui prophétise . Mais qui dit ‘omniscience’ ou ‘omniprescience’ ne dit pas forcément science du futur contingent, en particulier du futur libre. Car, il se pourrait que cela ne puisse pas être objet de science, et l’on entend vraisemblablement par ‘omniscience’ la science de tout ce qu’il est possible de savoir. Après tout le ‘contrat d’omniscience’ ne peut pas demander l’impossible. Que l’on puisse parler de ce qui arrivera, et en parler avec assurance, nul ne le nie. Que l’on puisse éventuellement savoir ce qui arrivera, parce que cela est déjà déterminé, par les lois de la nature (le soleil se lèvera demain) ou celles de la logique (deux et deux font et feront toujours quatre), on l’accepte également. Mais à l’égard de ce qui se présente comme contingent, comme pouvant ne pas arriver, et par excellence, à l’égard des actes libres s’il y en a, comment pourrait-on faire mieux que conjecturer, parier, estimer ? A qui prétend attribuer à Dieu (ou à quiconque) la prescience d’actes futurs libres (ne serait-ce que d’un seul d’entre eux), on demandera en préalable : Cela a-t-il un sens ? Il n’est même pas question ici de capacités cognitives, mais d’intelligibilité de ce qui est énoncé. Avant même d’envisager sa valeur de vérité (et de la tenir éventuellement pour vraie sur la base d’un argument ou d’une autorité), l’attribution de la prescience des actes libres doit au moins être reconnue comme un paradoxe.

Introduction à Prescience et liberté. Essai de théologie philosophique, PUF, 2004

titre documents joints




À propos de l'auteur :

Professeur. Métaphysique, philosophie de la religion, philosophie médiévale.
Directeur de la revue Igitur - Arguments philosophiques


Courrier électronique : Cyrille Michon


Du même auteur :
  • Foi et croyances religieuses

    L’attitude propositionnelle de la foi : croire Dieu (que p)

    Philosophie n. 145 (mars 2020), p. 102-120

    Cyrille Michon
    De manière très générale, la foi est une attitude propositionnelle, l’attitude de croire portant sur un contenu propositionnel. Il convient également de faire une place à la croyance ou au croire qui correspond à une adhésion à celui qui parle, au sens où « je vous crois ». Le croire de la foi se rapporte à Dieu ou à celui qui parle pour Dieu, le prophète. La foi c’est alors croire Dieu. Pour proposer une élucidation de cette conception de la foi comme croire Dieu, je commencerai par la mise en place de (...)

  • Revue Thomiste 119 (2019 n°4) : p. 531-576

    Le double effet d’un acte de légitime défense

    Lectures de la Somme de théologie, IIa-IIae, q. 64, a. 7

    Cyrille Michon
    L’article de la Somme consacré à l’homicide en situation de légitime défense a traditionnellement été tenu pour la source de la doctrine du double effet, formulée par les théologiens puis par le Magistère catholiques. Pourtant, des lectures incompatibles en ont été faites dès la seconde scolastique, qui sont présentée dans la première partie de cette étude. Une divergence majeure oppose ceux qui, comme Cajetan, trouvent bien dans le texte de saint Thomas la distinction entre effet visé et effet seulement (...)

  • Dieu

    Encyclopédie philosophique en ligne

    Cyrille Michon
    Dieu est Dieu, nom de Dieu. Ce titre tautologique et ironique de Maurice Clavel pourrait servir à marquer la difficulté de dire plus, de dire quoi que ce soit, sur Dieu, y compris ce que signifie le mot ‘Dieu’. L’exposé qui suit se limitera à son usage au singulier, sans article et fonctionnant comme un nom propre, qui est le plus courant dans le monde occidental contemporain. Il est notamment utilisé dans les trois grandes religions dites monothéistes (Judaïsme, Christianisme, Islam) et dans les (...)

  • Religious Studies 53 (3), 2017, 387-401

    Believing God. An Account of Faith As Personal Trust

    Numéro Spécial pour les 80 ans de R. Swinburne

    Cyrille Michon
    The affective view of faith, as opposed to the doxastic or cognitive view, giving more importance to the goodwill than to belief content, has received much support in recent philosophy of religion, including from Richard Swinburne. Swinburne’s concept of faith is no less rational than his concept of religious belief, but its rationality is that of action or of a practically oriented attitude, aiming at the goals of religion, compatible with religious disbelief (belief that the religious (...)

  • Peter van Inwagen

    Essai sur le libre arbitre

    Traduction de Cyrille Michon

    Cyrille Michon
    L’Essai sur le libre arbitre de Peter van Inwagen a largement contribué, depuis sa publication en 1983, au développement des discussions contemporaines sur la métaphysique de la liberté et sur les fondements de la responsabilité morale. Il importe autant par la position qu’il défend, en restaurant la thèse de l’incompatibilité du libre arbitre et du déterminisme contre le compatibilisme dominant à l’époque, et par sa cartographie des positions et des arguments, qui balisent toujours les discussions en (...)

  • Philosophers’ Imprint - Vol. 10, N°17, May 2017

    Aquinas on Free Will and Intellectual Determinism

    Thobias Hoffmann and Cyrille Michon

    Cyrille Michon
    From the early reception of Thomas Aquinas up to the present, many have interpreted his theory of liberum arbitrium (which for Aquinas is free will specifically as the power to choose among alternatives) to imply intellectual determinism : we do not control our choices, because we do not control the practical judgments that cause our choices. In this paper we argue instead that he rejects determinism in general and intellectual determinism in particular, which would effectively destroy (...)

1 | 2 | 3 | 4 | 5


Haut de page up

rechercher sur le caphi


aide & repérage

logouniv       Le site du CAPHI est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France.      Creative Commons