• IFAC

Accueil  Publications  Hegel : Leçons Sur la Logique (1831)

Hegel : Leçons Sur la Logique (1831)

lundi 12 février 2007, Jean-Marie Lardic


Les Leçons sur la logique, données par Hegel dans l’été 1831, quelques mois avant sa mort, livrent son ultime pensée dans le domaine de cette science qui constitue l’« âme » du système. Le texte de l’Abrégé Encyclopédique n’est, comme il l’écrit à Cousin, « qu’une suite de thèses, dont le développement et l’éclaircissement est réservé aux cours ». On trouve donc, dans les rares manuscrits et cahiers de ses étudiants, le véritable écho de l’enseignement et des explications du maître, permettant de comprendre de nombreux paragraphes commentés par Hegel de manière nouvelle selon les années. Les notes de cours prises par Karl Hegel, son propre fils et son étudiant alors, fiables, complètes et homogènes, sont l’un des deux seuls témoignages des leçons faites sur la base de la dernière édition du manuel encyclopédique (1830). Leur intérêt est d’autant plus grand que ces leçons sont professées durant la période d’élaboration de la seconde édition de la Doctrine de l’Être de la Science de la Logique qui paraîtra en 1832. Elles bénéficient donc de cette proximité qui leur confère une clarté singulière due à la maturation profonde de la pensée hégélienne. Retrouvées et publiées récemment par des membres du Hegel-Archiv de Bochum, ces pages, traduites par les chercheurs du Centre Alpin de Philosophie Allemande (Université de Grenoble2 - ENS-LSH), constituent donc un outil indispensable à la compréhension de la Logique que Hegel a enseignée tous les ans, de 1818 à sa mort.

# Broché : 203 pages
# Editeur : Librairie Philosophique Vrin (12 février 2007)
# Collection : Biblio Textes Philosophiques
# ISBN-10 : 2711618536




À propos de l'auteur :

Professeur de philosophie.
Philosophie allemande moderne et
contemporaine.


Courrier électronique : Jean-Marie Lardic


Du même auteur :
  • Hegel : Comment le sens commun comprend la philosophie

    suivi de : « La Contingence chez Hegel » par J.-M. Lardic

    Jean-Marie Lardic
    Le philosophe étonne déjà l’homme du commun en voulant comprendre le monde dans lequel celui-ci se contente de vivre. Mais lorsqu’il prétend, de plus, qu’il faut tout comprendre ou comprendre le Tout, l’entendement borné est scandalisé et ne peut supporter cette prétention. C’est sur la contingence que porte le débat, ce qui est mais qui pourrait aussi bien ne pas être, et ne sera bientôt plus. Où est la raison d’être de ce qui n’est que raison ? Les exemples peuvent être facilement évoqués pour se (...)

1 | 2 | 3


Haut de page up

rechercher sur le caphi


aide & repérage

logouniv       Le site du CAPHI est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France.      Creative Commons