• IFAC

Accueil  Publications  Articles ou chapitres  Rousseau, l’homme (...)

Aux éditions Les Indes Savantes

Rousseau, l’homme sauvage et les Indiens d’Amérique

Dans Un continent en partage, dirigé par G. Havard et M. Augeron

jeudi 26 septembre 2013, Florent Guénard


Un continent en partage. Cinq siècles de rencontres entre Amérindiens et Français, sous la direction de Gilles Havard et de Mickaël Augeron, Paris, Les Indes Savantes, 2013.

Un arrière-petit-fils du chef apache Geronimo qui vient se recueillir sur les plages du Débarquement ; des Indiens de Louisiane qui reçoivent une délégation de sénateurs français dans la langue de Molière ; un Arikara du Dakota du Nord qui se déclare « Frenchman » ; des indianophiles français qui, le week-end, vivent sous un tipi... Pour rendre compte de la variété et de la densité de ces instantanés du temps présent, il faut s’immerger dans la riche et longue histoire des relations entre Français et Amérindiens. Cet ouvrage collectif, où se joue le récit d’un continent en partage, entrecroise plusieurs thématiques : l’histoire coloniale française, des premiers voyages d’exploration du Nouveau Monde aux exhibitions de « Sauvages » sous la IIIe République, en passant par l’aventure de la Nouvelle-France ; les périples d’Amérindiens sur le sol français, du XVIe siècle à nos jours ; le rôle de l’américanisme dans la réflexion ethnologique française, de Jean de Léry à Claude Lévi-Strauss ; les héritages linguistiques, littéraires ou philosophiques des rencontres franco-indiennes ; la mémoire contemporaine qu’ont les autochtones d’Amérique du Nord de leurs alliances avec les Français ; ou encore la place des citoyens amérindiens de Guyane dans la République française. Se dégage au final une peinture souvent inattendue d’itinéraires et de destins croisés qui nous transporte de la France aux Amériques indiennes sur une période de cinq siècles.
L’ouvrage est dirigé par Gilles Havard, directeur de recherche au CNRS, et Mickaël Augeron, maître de conférences à l’Université de La Rochelle.

Table

introduction
Gilles Havard 7

1re partie.
Le temps de l’empire et des alliances (xvIe-xvIIIe siècle)
27

Des grandes découvertes inversées. Les voyages d’Amérindiens en France au xvie siècle (1505-1615)
Éric Thierry 29

Objets « des Sauvages » et émerveillement dans les premiers cabinets de curiosités (xvie-xviie siècles)
Myriam Marrache-Gouraud 43

Français et Indiens dans la Caraïbe (xvie-xviiie siècle)
Benoît Bérard et Gérard Lafleur 53

Les Indiens caraïbes vus par les chroniqueurs français du xviie siècle
Réal Ouellet 65

Cinq « Sauvages » américains à la cour de Louis XV en 1725
Arnaud Balvay 75

Des esclaves et des domestiques amérindiens à La Rochelle au xviiie siècle
Mickaël Augeron 83

Des Indiens seigneurs au temps de Louis XIV
Michel Lavoie 97

La religiosité catholique, ciment de l’alliance franco-indienne au xviiie siècle
Paul-André Dubois 107

Une « sourde conquête » : les Indiens du Texas au cœur des rivalités franco-espagnoles au xviiie siècle
Mickaël Augeron 125

Les Amérindiens sous le regard des bureaux de la Marine (1660-1760)
Alexandre Dubé 153

2e partie
L’héritage linguistique
177

Cœur d’Alêne, Gros Ventres, Nez Percés, Sans-Arcs... Les ethnonymes indiens d’origine française à l’ouest du Mississippi
Douglas R. Parks 179

D’obscurs ethnonymes français du xviiie siècle pour les Indiens des Plaines Douglas R. Parks 215

Personnes au bateau de bois, Esprits, Faiseurs de haches, Poil-aux-yeux... Ou comment les Indiens d’Amérique du Nord appelaient les Français
Douglas R. Parks 233

« Mots américains, tournures barbares et expressions sauvages » : la rencontre linguistique entre Amérindiens et francophones
Robert Vézina 251

Langue des Lumières, langue des fourrures. Qu’est-il advenu du français chez les Amérindiens ?
Louis-Pascal Rousseau 273

La toponymie amérindienne dans la cartographie française
Christian Morissonneau 283

3e partie
Redécouvertes : des itinéraires croisés (xIxe-xxe siècles)
293

Lafayette en Amérique, ou le retour du « père français » 295
Denys Delâge

« Rallumer les missions sauvages » ? Les hésitations des missionnaires catholiques français face aux Indiens dans les États-Unis du xixe siècle
Tangi Villerbu 303

« La classe intéressante des Indiens » : Français et Amérindiens durant l’intervention de la France au Mexique, 1862-1867
Erika Pani 313

De Lapérouse à Léon de Cessac : regards français sur les Indiens de Californie (1786-1880)
Annick Foucrier 327

De Calfucurá à la Société de Géographie. Les tribulations d’Auguste Guinnard parmi les Indiens de la Pampa et de la Patagonie (1855-1861)
Christophe Giudicelli 339

Des Osages à Montauban
Jean-Claude Drouilhet 365

Le récit français de la soumission des Indiens des États-Unis au xixe siècle
Tangi Villerbu 381

Le mouvement indianophile en France
Olivier Maligne 391

Le marquis de Baroncelli et les Indiens Lakotas, ou de la nation-relique au parc naturel
Nelcya Delanoë 403

« Cette terre est mienne à présent ». Les Indiens, la Grande Guerre et la France (1917-1918)
Thomas Grillot 415

La participation des autochtones canadiens aux deux guerres mondiales sur le sol français
John MacFarlane 425

4e partie
De Rousseau à Lévi-Strauss : le legs ethnographique, littéraire et philosophique 433

Rousseau, l’homme sauvage et les Indiens d’Amérique
Florent Guénard435

Les Natchez, le « rêve d’Amérique » de Chateaubriand
Serge Linkès 443

Les collections amérindiennes de France : l’histoire d’une image ou le balancier du goût
Pascal Mongne 455

L’archéologie et l’anthropologie française en Amérique latine au xixe siècle : naissance et premiers développements d’un champ d’étude scientifique
Pascal Riviale 465

L’Indien des Plaines, le peintre et le philosophe
Emmanuel Désveaux 477

André Breton et les Hopis. La fascination de l’Autre
Marie-Claude Strigler 487

L’ethnographe et l’anthropologiste, ou Claude et Dina Lévi-Strauss chez les Indiens du Brésil (1935-1938)
Laurent Vidal 499

L’Indien dans la bande dessinée francophone
William Foix 509

5e partie
Mémoires indiennes
515

La mémoire de l’alliance franco-amérindienne chez les Indiens des États-Unis
Denys Delâge 517

Les Wendats et la France aux xixe et xxe siècles : la nostalgie d’une alliance
Jonathan Lainey 525

De Deslauriers à Deloria : l’identité française d’une famille sioux
Raymond J. DeMallie 535

L’héritage français des Arikaras. Histoire et mémoire
Gilles Havard 559

Montagne de la Tortue, Dakota du Nord. Mémoires métisses, indiennes et francophones dans le Midwest américain
Denys Delâge 589

6e partie
République, citoyenneté et créolité
599

Les citoyens amérindiens en Guyane française : identités et territoires (1946-2008)
Cendrine Paul-Guers 601

Amérindiens et École de la République en Guyane française
Éric Monteiro 615

« Nos ancêtres les Amérindiens ». La valorisation du patrimoine précolombien dans les Antilles françaises
Benoît Bérard 625

titre documents joints




À propos de l'auteur :

Maître de conférences. HDR. Philosophie morale et politique. Philosophie du XVIIIe siècle. Directeur de la rédaction de la revue La vie des idées.

Aujourd’hui : maître de conférences à l’Ecole Normale Supérieure (Paris)


Courrier électronique : Florent Guénard


Du même auteur :
  • Revue Philosophie

    Désir d’égalité et envie

    Les passions démocratiques dans De la Démocratie en Amérique de Tocqueville

    Florent Guénard
    Pour Tocqueville, il existe deux manières d’aimer l’égalité, ce qu’il précise dès le troisième chapitre du premier volume : « Il y a [...] une passion mâle et légitime pour l’égalité qui excite les hommes à vouloir être tous forts et estimés. Cette passion tend à élever les petits au rang des grands ; mais il se rencontre aussi dans le cœur humain un goût dépravé pour l’égalité, qui porte les faibles à vouloir attirer les forts à leur niveau, et qui réduit les hommes à préférer (...)

  • La Religion, la Liberté, la Justice

    Un commentaire des Lettres écrites de la Montagne de Jean-Jacques Rousseau

    Florent Guénard
    La publication de l’Emile et du Contrat social a dressé les autorités de l’Europe entière contre Rousseau. A Genève, les deux ouvrages - condamnés comme « tendant à détruire la religion chrétienne et tous les gouvernements » - sont brûlés le 18 juin 1762. Rousseau abdique sa citoyenneté pour protester contre le traitement qui lui a été infligé. Les Citoyens et Bourgeois portent alors des « représentations » au Petit Conseil qui riposte par la plume de Jean-Robert Tronchin : ce sont les Lettres de la (...)

  • La liberté et l’ordre public : Diderot et la bonté des lois

    Florent Guénard
    Pour Diderot, il est illusoire de croire que l’on peut rationaliser le droit pénal, comme Beccaria le suggère, et proportionner les peines aux délits selon une échelle nécessaire. L’arbitraire du juge est pour Diderot moins un obstacle pour la justice qu’une condition de possiblité. Cette critique adressée au juriste italien semble pourtant ne pas s’accorder avec le rôle qu’il attribue au législateur : élaborer un code de lois pleinement rationnel, qui fasse abstraction de la diversité des coutumes (...)

  • La question de l’éducation naturelle dans l’Émile

    Florent Guénard
    Dans l’Émile, Rousseau prend pour objet ce que la philosophie de son temps a délaissé, « la première de toutes les utilités qui est l’art de former des hommes ». Mais pour bien former les hommes, il faut les connaître : l’éducation ne se sépare pas de l’anthropologie, l’Émile, comme le souligne Rousseau dans sa Lettre à Ch. De Beaumont, est bien une « Théorie de l’homme ».
    Lire la suite de l’article dans le document ci-joint.
    Article publié dans Skepsis, Paris, Delagrave, 2004, p. (...)

  • Rousseau et le travail de la convenance

    Florent Guénard
    L’idée de convenance désigne chez Rousseau une relation immanente qui émerge des termes en rapport, sans être imposée par une instance extérieure ou supérieure. Elle détermine un ordre naturel, sans cesse opposé par Rousseau aux ordres factices que la civilisation construit : normes sociales artificielles où la conformité des usages l’emporte sur la singularité des individus, devoirs uniformes qui ne tiennent pas compte des situations morales, lois inapplicables parce que non accordées aux mœurs, (...)

  • Rousseau

    Florent Guénard
    Rousseau s’est opposé radicalement à la philosophie et à la science politique de son temps. Il n’a cessé de revendiquer une telle radicalité et a lui-même désigné le point où elle s’est fixée : il ne s’est pas contenté, contrairement à ses prédécesseurs et à ses contemporains, de décrire le mal, il s’est efforcé d’en rendre raison, en montrant que tout tient à la politique, que « tous les vices n’appartiennent pas tant à l’homme qu’à l’homme mal gouverné ». Si les moralistes se sont bornés à énumérer les vices (...)

1 | 2 | 3


Haut de page up

rechercher sur le caphi


aide & repérage

logouniv       Le site du CAPHI est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France.      Creative Commons