• IFAC

Accueil Événements du CAPHI  Recrutement Thèse Ethologie-Eth

octobre 2017

Recrutement Thèse Ethologie-Ethique médicale

CAPHI - Biologie Santé - CHU de Nantes (Réanimation Pédiatrique)

dimanche 15 octobre 2017, Guillaume Durand


Allocation Régionale de Thèse dans le cadre de la Recherche « Ethique des Soins Invasifs en Réanimation Pédiatrique (ESIREP) », coordonnée par G. Durand (Lauréat de l’AP « Paris Scientifiques » 2017-2021).

Intitulé de la thèse : Acceptation et rejet des soins chez le jeune enfant hospitalisé : approches éthologique, clinique et éthique

Établissement d’enseignement supérieur où sera inscrit le doctorant : Université de Nantes

École Doctorale  : Biologie-Santé 502

Laboratoire où s’effectuera la thèse : CAPHI (équipe d’accueil) EA 2163

Directeur du laboratoire : Bruno Gnassounou

Directeurs de la thèse  : Pr. Julien Nizard, Pr. Jean-Marie Lardic

Comité de suivi de thèse : Virginie Durier, Guillaume Durand, Julien Nizard, Jean-Marie Lardic, Jean-Michel Liet.

Financement de la thèse : « Paris Scientifiques 2017 » Région des Pays de la Loire

Salaire du doctorant et charges sociales afférentes pour 3 années universitaires consécutives (92 000 €). Ordinateur portable.

Titre français : Acceptation et rejet des soins chez le jeune enfant hospitalisé : approches éthologique, clinique et éthique

Contexte socio-économique et scientifique : Dans les pays développés, la majorité des enfants décèdent à l’hôpital dans un service de réanimation et 30 à 40 % suite à une décision de Limitation et/ou Arrêt des traitements actifs (LATA). Depuis ces dix dernières années, la place accordée à la volonté des parents dans le processus de décision concernant leur enfant a profondément changé. Bien que la loi dite « Leonetti » du 22 avril 2005 sur la fin de vie dispose que « le consentement du mineur ou du majeur sous tutelle doit être systématiquement recherché s’il est apte à exprimer sa volonté et à participer à la décision », le respect de l’autonomie du patient est très souvent transféré vers les parents. D’un point de vue juridique, le mineur n’est pas reconnu comme autonome. Et plus le patient est jeune, moins on le considère comme mature et compétent. Ainsi, seulement 21 % des décisions éthiques intègrent dans leur analyse réflexive, l’expression d’opposition de la part de l’enfant, pourtant perçue par les parents et/ou les soignants.

Notre projet totalement novateur a reçu le soutien financier de la Région Pays de Loire pour permettre une approche pluridisciplinaire (médecins et cliniciens de terrain, chercheurs en sciences humaines et sociales - philosophes, juriste, psychologue, sociologue - et chercheurs en sciences de la vie - éthologues) afin 1) d’analyser objectivement les différentes formes d’expressions de l’enfant, 2) d’évaluer la place à accorder à la parole de l’enfant dans les décisions qui le concernent et, 3) in fine, d’améliorer la prise en charge des enfants en réanimation pédiatrique et de leur famille.

Ce projet de recherche sur les capacités d’expression et l’autonomie des très jeunes patients est un sujet original et inédit en France, et pourtant exigé par les différentes recommandations médicales et l’évolution des lois françaises qui appellent à une meilleure compréhension de l’enfant.

Les questions posées  : L’objectif principal est d’évaluer la prise en compte des expressions de l’enfant, notamment son opposition aux soins, dans les décisions cliniques et éthiques. Il nécessite des approches multiples et pluridisciplinaires. D’un point de vue éthologique, il est nécessaire de savoir identifier, puis interpréter de manière objective les expressions comportementales de l’enfant. Nous porterons une attention particulière sur les caractéristiques individuelles (âge, sexe), sociales (présence des parents) et cliniques (pathologie, douleur, durée d’hospitalisation) pouvant influencer l’apparition de certains comportements, notamment des comportements atypiques. D’un point de vue clinique, nous mènerons également une réflexion sur l’utilisation de cette analyse fine et systématique de l’acceptation ou non des soins par l’enfant afin d’ajuster autant que possible le projet thérapeutique aux difficultés que traverse l’enfant. D’un point de vue éthique, il faudra identifier les arguments mis en avant dans le processus décisionnel, en portant une attention particulière sur la place accordée à la « parole » de l’enfant et à celle des différents acteurs (soignants, parents, consultants).

Approches méthodologiques et techniques envisagées : L’élaboration d’un répertoire comportemental très complet et précis est nécessaire pour développer une grille objective d’évaluation de l’acceptation ou de l’opposition de l’enfant aux soins. L’observation éthologique d’un échantillon de jeunes patients en réanimation pédiatrique pendant et hors phase de soins courants sera associée à une série d’entretiens semi-directif menée par des chercheurs en éthique clinique auprès des différents acteurs de la situation de soin (soignants, parents, enfants). Les analyses comportementales tiendront également compte des caractéristiques évoquées ci-dessus, notamment des caractéristiques développementales et cliniques.

Compétences requises par le candidat : Le/la candidat/e doit maitriser les différentes méthodes de l’observation éthologique et les analyses statistiques descriptives et comparatives qui leur sont associées. De plus, il/elle doit être ouvert/e à cette approche multidisciplinaire qui va nécessiter l’acquisition et la maitrise de concepts philosophiques ayant trait à l’éthique médicale.
D’un point de vue personnel, le/la candidat/e devra, en plus de la rigueur et de la patience nécessaire à tout travail de recherche, faire preuve de capacités d’intégration dans l’équipe soignante de la réanimation pédiatrique et de discrétion. Pour finir, le/la candidat/e doit avoir conscience qu’il/elle va devoir analyser des situations particulièrement difficiles d’un point de vue émotionnel.

Les dossiers de candidature sont à envoyer par courrier électronique à guillaume.durand univ-nantes.fr en un seul document PDF. Chaque dossier comprendra :
• un CV complet
• une lettre de motivation
• un relevé de notes de M1 et M2 ; classement M1 (s’il existe) et M2
Il devra être envoyé avant le 25 septembre 2017, minuit. Les candidat(e)s retenu(e)s seront convoqué(e)s pour un oral à l’université de Nantes dont la date sera précisée ultérieurement.

Contact : guillaume.durand univ-nantes.fr




À propos :

Guillaume Durand

Voir en ligne : EthicA

Maître de Conférences.
Bioéthique, éthique médicale et clinique, philosophie de la médecine. Éthique de l’éducation


Courrier électronique : Guillaume Durand


Haut de page up

rechercher sur le caphi


aide & repérage

logouniv       Le site du CAPHI est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France.      Contrat Creative Commons