• Caphi
Centre Atlantique de Philosophie
Accueil du site  Publications  La doctrine platonicienne de la liberté

La doctrine platonicienne de la liberté

mercredi 3 mai 2000, Robert Muller


Beaucoup répètent depuis Hegel que Platon aurait ignoré la liberté ; tout au plus se serait-il intéressé à son aspect politique, mais, dans ce cas, pour la combattre. Jusqu’à présent, aucune réflexion de fond n’a été engagée sur ce thème. Le présent travail voudrait combler cette lacune, et c’est pourquoi il ne se limite pas aux débats liés à l’interprétation politique de la pensée de Platon, mais tente d’appréhender la notion de liberté au cœur même de la doctrine platonicienne. Constatant que, de fait, Platon s’exprime beaucoup sur la liberté, et souvent de manière favorable, on s’est ainsi proposé de déterminer le sens et la cohérence philosophiques de l’ensemble de ses prises de positions sur le sujet.

Vrin, « Histoire des doctrines de l’antiquité classique ». 360 p., 16 × 24 cm. ISBN : 978-2-7116-1313-7.




À propos de l'auteur :

Professeur émérite. Philosophie antique. Philosophie morale. Philosophie de la musique.


Courrier électronique : Robert Muller


Du même auteur :
  • Textes clés

    Philosophie de la musique

    Imitation, sens, forme

    Robert Muller
    Sous la direction de Robert Muller et Florence Fabre.
    Présentation
    Depuis l’Antiquité, la plupart des grands noms de notre tradition philosophique ont traité de la musique, lui consacrant parfois des développements importants - d’aucuns furent aussi compositeurs. Parmi les questions posées, celle de l’objet de la musique reste l’une des plus énigmatiques : que la musique dise ou exprime quelque chose a été admis comme une évidence pendant des siècles, mais la nature de ce qu’elle peut ou doit (...)

  • Les Stoïciens : La liberté et l’ordre du monde

    Robert Muller
    « Au petit matin, quand il t’en coûte de te réveiller, aie toute prête cette pensée : c’est pour faire œuvre d’homme que je m’éveille. Serai-je donc encore de méchante humeur si je m’en vais faire ce pour quoi je suis né et en vue de quoi j’ai été mis dans le monde ? Ou bien est-ce pour rester au chaud, couché dans mes couvertures, que j’ai été formé ? - Mais c’est plus agréable ! - Est-ce donc pour le plaisir que tu es né ? Et, d’une manière générale, es-tu fait pour la passivité ou pour l’action ? Ne (...)


Haut de page up

rechercher sur le caphi


aide & repérage

logouniv       Le site du CAPHI est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France.      Contrat Creative Commons