• IFAC

Accueil  Textes en ligne  Le chemin de la lumière chez Newton (...)

Le chemin de la lumière chez Newton et Leibniz

Un chapitre de « Philosophie naturelle et Géométrie au XVIIe siècle », H. Champion, 2006.

2006, Vincent Jullien


Un bâton plongé dans l’eau semble brisé, parce que les rayons lumineux changent de direction en arrivant dans l’eau. Pourquoi en est-il ainsi et quelle est la loi quantitative du phénomène ? Newton et Leibniz apportent chacun une réponse à ces questions.

La relation à la base de la description de la réfraction de la lumière est la suivante : un rayon lumineux passant d’un premier milieu à un second milieu voit sa trajectoire modifiée conformément à l’égalité : sini/sinr = nr/ni dans laquelle, i désigne l’angle d’incidence, r l’angle de réfraction, ni l’indice de réfraction du premier milieu et nr l’indice de réfraction du second milieu.
Nous savons aujourd’hui que ces indices de réfraction sont inversement proportionnels à la vitesse de la lumière dans le milieu considéré. La loi de Descartes peut donc être exprimée ainsi : sini/sinr = vi/vr. Ceci est une interprétation moderne du problème qui ne correspond que de loin à la façon qu’avait Descartes de la considérer. D’abord parce que Descartes penchait en faveur d’une transmission instantanée de la lumière. La considération des vitesses respectives est donc sans objet, et c’est d’ailleurs ce qui a donné lieu à bien des interprétations mal fondées des principes de Descartes. Ce dernier a son langage qui n’est en l’occurrence ni celui de la plus ou moins grande densité des milieux mais de leur dureté ou mollesse respective ; de même qu’il n’est pas question des vitesses des rayons mais de leurs plus ou moins grands empêchements.
Descartes a donc le privilège d’avoir donné son nom à ce principe qu’il expose au livre II de sa Dioptrique. Des auteurs hostiles ont vite mis en place une version selon laquelle il aurait rencontré la loi de réfraction chez le savant hollandais Snellius qui les avait découvertes on ne sait trop comment en 1621. Il n’en serait donc pas l’inventeur. Les études récentes semblent cependant bien établir que Descartes ne doit rien à Snellius. Il reste de toute façon la référence obligée, au XVIIe et au début du XVIIIe pour quiconque veut contribuer aux progrès de l’optique.

La suite de cet article est donnée en document joint

titre documents joints




À propos de l'auteur :

Professeur d’histoire et philosophie des sciences.
Philosophie et sciences à l’âge classique.
Épistémologie des sciences de la nature.
Mathématiques à l’âge classique.


Courrier électronique : Vincent Jullien


Du même auteur :
  • Pascal, via Duhem et Van Fraassen

    Vincent Jullien
    Résumé.
    La place discrète de Pascal dans l’histoire de la philosophie des sciences. Nous nous intéresserons ici à la physique pascalienne et à l’écho qu’elle a eu dans l’histoire de la discipline. Il est facile de montrer la faible présence de Pascal dans la pensée épistémologique moderne et contemporaine. Deux auteurs majeurs de la pensée épistémologique du XXe siècle offrent un contrepoint radical à cette mise à l’écart. Duhem et Van Fraassen se donnent les moyens d’étayer leur conviction selon laquelle (...)

  • Les ombres de la Place Royale

    Vincent Jullien
    Roman historique et philosophique
    1613. Lors d’une fête près de Brest, René Descartes, génial élève des jésuites à La Flèche, se prend d’amitié pour deux enfants du pays, la toute jeune baronne Marie de Kerlech et Gilbert Le Person, un va-nu-pieds particulièrement doué. Ces liens, nourris par une passion commune pour le savoir, ne se démentiront jamais, depuis la Bretagne jusqu’à Paris qui, en cette première moitié du XVIIe siècle, règne sans partage sur les sciences et la philosophie. Introduit dans le (...)

  • L’intuition est à la déduction comme la géométrie est à l’algèbre

    Vincent Jullien
    Résumé :
    La méthode cartésienne est organisée autour de deux concepts, celui d’intuition et celui de déduction. Les mathématiques cartésiennes sont organisées autour de deux concepts, « les quelques lignes droites de la géométrie » et les signes très simples de l’algèbre. Il s’agit ici de soutenir qu’il y a une analogie étroite entre ces deux couples de concepts, soit que « la déduction est à l’intuition ce quel’algèbre est à la géométrie ». On verra alors si ce programme méthodique est (...)

  • Philosophie naturelle et mathématiques au XVIIe siècle

    Vincent Jullien
    Ce livre présente six études concernant la philosophie naturelle et six la géométrie au XVIIe siècle.
    Le XVIIe siècle est une période idéale pour examiner les relations d’interdépendance entre la philosophie et les sciences car les crises et bouleversements des systèmes et des théories sont particulièrement intenses à l’âge classique ; cette circonstance offre donc d’immenses possibilités pour l’étude de ces rapports. Tel est l’axe commun des douze chapitres de ce volume. Plusieurs des thèmes principaux des (...)

  • L’Aristarque, un monde possible.

    Chapitre de l’ouvrage « Les Mondes possibles », PUC, printemps 2006

    Vincent Jullien
    Il convient de se demander quelle est, au tournant des XVI et XVIIe siècle, l’idée dominante que l’on se fait –dans les milieux philosophiques et savants- de ce qu’est un Monde. La réponse n’est pas tellement difficile. Un Monde est, pour la majorité des esprits- une enveloppe sphérique dotée d’un centre d’une importance physique particulière. A ces deux choses s’ajoutent un grand nombre d’étoiles fixes les unes par rapport aux autres, situées à la concavité de la sphère et quelques astres, au nombre de (...)

  • Gassendi et Roberval à l’académie Mersenne

    Revue XVIIe siècle, 2006 n°233, 58e année

    Vincent Jullien
    Gassendi est à Paris dans les périodes 1628-1632, 1641-1648, puis 1653-1655 ; Roberval, de dix ans son cadet, y arrive en 1628 et n’en repart plus. Ils fréquentent les mêmes lieux, en particulier le couvent des minimes de la Place Royale.
    L’un comme l’autre sont de très proches amis de Mersenne qui n’est pas leur unique ami commun ; il y a encore Etienne Pascal ou Jacques Le Pailleur, d’autres sans doute… On peut les rencontrer dans les soirées du cabinet des frères Dupuy ou d’autres cercles et (...)

  • Vincent JULLIEN & André CHARRAK

    Ce que dit Descartes touchant la chute des graves

    De 1618 à 1646, une étude de la philosophie naturelle cartésienne

    Vincent Jullien
    « La loi de la chute des corps est une loi fort importante : c’est la loi fondamentale de la dynamique moderne ». C’est en ces termes qu’Alexandre Koyré caractérise ce qui constitue le résultat sans doute le plus décisif de la physique du premier XVIIe siècle. L’accomplissement de cette étape majeure de l’histoire de la philosophie naturelle est très généralement porté au mérite de Galilée. Le présent ouvrage propose une analyse détaillée de l’effort concomitant de Descartes sur le même problème. Nous nous (...)

1 | 2 | 3 | 4


Haut de page up

rechercher sur le caphi


aide & repérage

logouniv       Le site du CAPHI est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France.      Creative Commons