• Caphi
Centre Atlantique de Philosophie
Accueil du site  Publications  Articles ou chapitres  L’individu - Philosoph

L’individu - Philosophie numéro 106

jeudi 3 juin 2010, Bruno Gnassounou, François Schmitz, Julien Rabachou


Numéro coordonné par Bruno Gnassounou et Julien Rabachou et publié avec l’aide du Centre Atlantique de Philosophie (Caphi).

Lire la recension du numéro dans la vie des idées.

Présentation de l’éditeur :

Ce numéro porte sur la question de l’individu. Or loin d’être univoque, elle a été déployée dans des registres problématiques distincts. La notion d’individualité concerne tout d’abord tout étant en général et relève de l’ontologie formelle ou des ontologies mondaines. Au sein d’un domaine spécifique - domaine idéal des nombres entiers, champ des objets intra-mondains en général, domaine réal des objets de temps, des choses étendues, matérielles, culturelles, des êtres animés, des personnes, etc. –, on se demande quel est le principe d’individuation qui rend compte de la singularité des étants de ce domaine : qu’est-ce qui caractérise l’individualité d’un nombre entier au sein de leur suite indéfinie ? celle d’un objet intra-mondain par rapport à tout autre ? qu’est-ce qui distingue de toute autre une chose spatiale dans le champ sensible, ou un objet culturel dans l’environnement ? La question se subdivise donc en deux, selon que l’on considère la singularité des idéalités formelles d’un champ de pensée, ou celle des objets intra-mondains : la première tâche de dégager les principes purement logiques d’individuation d’un objet de pure pensée, la seconde, de thématiser les principes d’individuation réale des objets mondains (temps, espace, matérialité ou causalité, signification culturelle, système de renvois, etc.). Dans cette perspective, Stéphane Chauvier tente de distinguer deux sens de l’individualité (hénade et monade) corrélatifs à deux modes d’accès aux choses – l’un qui le considère comme une singularisation au sein d’une espèce, l’autre comme une singularité absolue et close sur soi. Et François Schmitz analyse l’argument célèbre de Ramsey discuté par Russell, relativement à la question de savoir si les objets intra-mondains se partagent ou non en deux classes – celle des particuliers et celle des universaux. La question se complique lorsqu’on la restreint au domaine de l’individualité humaine : est-il possible de penser la singularité d’un individu humain à partir des instruments conceptuels qui ont permis de caractériser celle de l’étant en général (catégories et principes d’individuation), ou bien l’individualité humaine est-elle sui generis et requiert-elle une conceptualité nouvelle ? Ainsi, Julien Rabachou examine la pertinence de modèles ontologiques traditionnels pour penser l’individu humain. Et, partant de la thèse heideggerienne qui distingue l’identité ontologique d’un étant quelconque (Selbigkeit) et l’ipséité d’un être humain (Selbstheit) – alors que l’identité à soi-même d’une chose de la nature est simplement ce qui fait d’elle cette chose, l’ipséité relève de la manière d’être vis-à-vis de soi-même ou de choisir entre être soi-même ou non –, Vincent Descombes s’attache à dégager la confusion grammaticale qui grève implicitement l’analyse heideggerienne : la confusion entre le quis et le quid, l’identification d’un individu et la caractérisation de ses actes. De même, Frédéric Worms réinterroge le rapport entre individu et relation, en se demandant si les relations interindividuelles sont ou non constitutives de l’individualité – ce qui conduit de l’ontologie à l’éthique. Enfin, Marc Pavlopoulos et Andy Hamilton repensent l’individuation humaine à partir de l’expérience interne : quel type d’expérience me permet d’avoir accès à mon Soi et de fixer mon ipséité ?

D. P.

Sommaire

  • Stéphane Chauvier

L’unique en son genre

Ramsey : sur la distinction entre particuliers et universaux (1925)

  • Vincent Descombes

La question de l’individualité humaine

Repenser l’ontologie de l’individu à partir d’un modèle pratique

  • Frédéric Worms

Les relations entre individus comme fait primitif : de l’ontologie à l’éthique

  • Marc Pavlopoulos

« Je » est-il une institution ?

  • Andy Hamilton

Mémoire, conscience de soi et identification de soi, (trad. fr. Sébastien Motta)

P.-S.

# Revue Philosophie # Philosophie n° 106 : L’Individu, 2010 # 128 p. # 10 € # ISBN : 9782707321244 # EAN13 : 9782707321244




À propos de l'auteur :

Professeur. Directeur du Caphi. Philosophie de l’action, philosophie du langage, métaphysique, philosophie du droit. Membre du comité éditorial de la revue Igitur.


Courrier électronique : Bruno Gnassounou


Du même auteur :
  • Penser à soi - Philosophie numéro 107

    Bruno Gnassounou
    Penser à soi, est-ce penser à quelqu’un qui se trouve être soi-même, à savoir le sujet qui pense ainsi ? Cette manière de poser la question a été l’œuvre d’un court article fondateur rédigé en 1957 par Peter Thomas Geach, « Sur les croyances à propos de soi » (traduit par Bruno Gnassounou dans ce numéro de Philosophie). Analysant le discours indirect qui rapporte les pensées ou propos d’une personne à son propre sujet – du type « Philippe pense que lui-même est P » –, l’auteur montre que le pronom réfléchi «  (...)

  • Textes clés

    Philosophie de l’action

    Action, raison, délibération

    Bruno Gnassounou
    Nous pouvons avoir toutes sortes de raisons de croire que Pierre est présent (parce qu’on nous l’a dit). Mais nous avons aussi toutes sortes de raisons de faire que Pierre soit présent (parce que nous devons lui parler). Bref, nous distinguons une raison spéculative, qui est la source de notre connaissance du monde, d’une raison pratique, qui vise à le transformer. La philosophie de l’action, qui a connu un net regain d’intérêt depuis un demi-siècle, se propose de dégager ce qui fait la (...)

  • Dispositions and Causal Powers

    Bruno Gnassounou
    Dispositions are everywhere. We say that a wall is hard, that water quenches thirst and is transparent, that dogs can swim and oak trees can let their leaves fall, and that acid has the power to corrode metals. All these statements express attributions of dispositions, be they physical, physiological or psychological, yet there is much philosophical debate about how far, if at all, dispositional predicates can have complete meaning or figure in causal explanations.
    This collection of (...)

  • Vincent Descombes. Questions disputées

    Bruno Gnassounou, Cyrille Michon
    L’œuvre et l’influence de Vincent Descombes, un des philosophes les plus importants aujourd’hui, sont reconnues depuis longtemps. Elles touchent aux domaines de la critique littéraire, comme à ceux de la pensée politique et juridique, ainsi qu’à la philosophie analytique de l’esprit et de l’action. Philosophe singulier, Descombes s’attaque à nos embarras intellectuels, non sans parfois en provoquer d’autres : il suscite la discussion. C’est pour y introduire le lecteur que ce livre rassemble une (...)

  • Les dispositions en philosophie et en sciences

    Sous la direction de Bruno Gnassounou et Max Kistler

    Bruno Gnassounou
    Depuis l’avènement de la philosophie moderne au XVIIe siècle, les dispositions ont traîné une réputation sulfureuse : notions obscures, elles faisaient obstacle à une compréhension rationnelle de la nature. Attribuer à l’opium la disposition de faire dormir ou vertu dormitive, ne donne, disait-on, qu’une explication redondante, donc vide, de l’endormissement causé par l’ingestion d’opium. La philosophie des sciences du XXe siècle a ajouté ses propres raisons de bannir les prédicats de disposition (...)

  • Causes, pouvoirs, dispositions en philosophie

    Sous la direction de Bruno Gnassounou et Max Kistler

    Bruno Gnassounou
    D’un homme, on dit qu’il est grand, mais aussi irascible ; du cuivre qu’il est rouge, mais aussi malléable et fusible à 1084 °C. La philosophie redécouvre aujourd’hui que notre monde ne compte pas seulement des propriétés manifestes, mais aussi des potentialités, capacités, puissances, vertus et autres dispositions. Pendant longtemps, ces qualités furent impitoyablement bannies des discours scientifique et philosophique pour leur obscurité ou leur trivialité : à quoi sert-il de dire que l’opium endort (...)

  • Analyse et théologie : Croyances religieuses et rationalité

    Sous la direction de de Bruno Gnassounou, Roger Pouivet et Sacha Bourgeois-Gironde

    Bruno Gnassounou
    La philosophie de la religion et la théologie philosophique sont particulièrement vivantes dans la philosophie anglo-américaine contemporaine. L’examen des questions les plus classiques, comme la nature et la justification des croyances religieuses, le problème du mal, la valeur des preuves de l’existence de Dieu, etc., y est direct et argumentatif. Premier ouvrage en langue française consacré à la philosophie analytique de la religion, ce volume comprend des textes écrits par des philosophes (...)


À propos de l'auteur :

Professeur de philosophie. Histoire et philosophie de la logique (Frege, Russell, Wittgenstein, Carnap, Quine, etc.). Empirisme logique (Cercle de Vienne). Théorie de la connaissance. Membre du comité éditorial de la revue Igitur.


Courrier électronique : François Schmitz


Du même auteur :
  • Le Cercle de Vienne

    François Schmitz
    Au début du XXe siècle se déroulèrent deux « révolutions » scientifiques majeures : les théories de la relativité et la « nouvelle logique ». Les philosophes et scientifiques qui se réunirent à Vienne autour de M. Schlick entre 1924 et 1936 (constituant le « Cercle de Vienne ») tirèrent les leçons de ces deux révolutions et élaborèrent en conséquence aussi bien une « théorie de la connaissance » qu’une théorie du langage et une critique radicale de la philosophie traditionnelle. Souvent réduites à quelques (...)

  • Wittgenstein

    François Schmitz
    Ludwig Wittgenstein (1889-1951), génie tourmenté, philosophe des mathématiques, inspirateur du Cercle de Vienne, a contribué au renouvellement de la Logique dans les années 20, à la suite de G. Frege et de B. Russell. Il est considéré comme l’un des pères de la philosophie dite analytique. Wittgenstein tenait la philosophie (spéculative), toujours en quête des « fondements », pour une sorte de maladie provoquée par une mauvaise compréhension de la « logique de notre langage ». Dans son oeuvre, il s’est (...)

  • Frege : du nombre au concept

    François Schmitz
    Ce petit essai cherche à mettre en perspective historique ce que dit Frege dans la note (publiée à titre posthume) qu’il a rédigée à l’intention de l’historien des sciences L. Darmstaedter : « Je suis parti des mathématiques. Il me semblait que dans cette science, la tâche la plus pressante consistait à [lui fournir] un meilleur fondement. Je reconnus bientôt que le nombre n’est pas un tas, une suite de choses, ni une propriété d’un tas, mais que lorsque nous attribuons un nombre sur la base d’un (...)

  • Wittgenstein, la philosophie et les mathématiques

    François Schmitz
    Wittgenstein a consacré aux mathématiques et à la question de leurs fondements de nombreuses « remarques ». Le présent ouvrage à l’ambition d’en faire apparaître l’unité profonde et par là d’en dégager l’importance pour la philosophie, que le style déconcertant de Wittgenstein ne permet pas toujours d’apprécier.
    Wittgenstein ne se propose nullement de fournir une quelconque « philosophie des mathématiques » ; il cherche, tout au contraire, à montrer qu’il est vain de « s’inquiéter » pour elles. En tentant de «  (...)


À propos de l'auteur :

Docteur, professeur agrégé, ATER (Univ. Lyon III). Métaphysique, philosophie du droit.


Courrier électronique : Julien Rabachou


Haut de page up

rechercher sur le caphi


aide & repérage

logouniv       Le site du CAPHI est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France.      Contrat Creative Commons