• Caphi
Centre Atlantique de Philosophie
Accueil du site  Publications  L’immortalité

A. N. Whitehead

L’immortalité

Préface de Guillaume Durand

mercredi 2 avril 2008, Guillaume Durand


L’immortalité fait-elle partie de notre monde ? L’homme en particulier, n’est-il qu’un être matériel et périssable, ou a-t-il quelque chose en lui qui échapperait à cette condition ? Qu’est-ce que l’immortalité ? L’Immortalité (1941) figure comme la tentative ultime du philosophe anglais Alfred North Whitehead (1861-1947) pour penser ensemble ce que traditionnellement nous séparons : le devenir et la permanence, la mortalité et l’immortalité, le monde et Dieu. L’homme à la recherche de l’immortalité n’est en définitive qu’un sot ou un mauvais métaphysicien : l’immortalité est dans l’ici et le maintenant, nous sommes déjà immortels. Nul besoin de voyager. Mais il nous faut revoir notre conception de l’univers, de Dieu et de l’homme.

# Broché : 147 pages # Editeur : Editions Cécile Defaut (2 avril 2008) # Collection : La chose à penser # Langue : Français # ISBN-10 : 2350180549




À propos de l'auteur :

Guillaume Durand

Voir en ligne : EthicA

Maître de Conférences. Bioéthique, éthique médicale et clinique, philosophie de la médecine. Éthique de l’éducation


Courrier électronique : Guillaume Durand


Du même auteur :
  • « De la non-malfaisance procréative »

    Revue Bioethica Forum, Vol. 10, N°1, « la bienfaisance procréative »

    Guillaume Durand
    BIOETHICA FORUM Journal Suisse d’éthique Biomédicale
    2017 / Volume 10 / No. 1 La bienfaisance procreative
    Editorial Bernard Baertschi « It is better to beget healthy children » Focus : FORTPFLANZUNG UND WOHLTUN / LA BIENFAISANCE PROCREATIVE / PROCREATIVE BENEFICENCE Guillaume Durand « De la non-malfaisance procréative »
    Article original Mirriam Tyebally Fang, Nikola Biller-Andorno « Procreative beneficence : do we have a duty to improve our offspring ? »
    Viewpoint Andrea Büchler, Karène (...)

  • « Qu’est-ce que l’autonomie du patient ? »

    Revue Soin Gérontologie, vol. 21, n°122

    Guillaume Durand
    Que signifie l’autonomie du patient ? Si l’on définit un choix autonome comme un choix objectif et rationnel, la prescription du médecin n’est-elle pas toujours la voie la meilleure ? Mais la raison est-elle universelle ? Et un individu autonome est-il un individu qui agit conformément à sa seule raison ? La sensibilité, les désirs, les valeurs et les croyances ne sont-elles pas aussi essentielles pour penser l’autonomie de la personne ? Nos démocraties contemporaines sont marquées par un pluralisme (...)

  • L’autonomie à l’épreuve du soin

    Guillaume Durand
    Editions Nouvelles Cécile Defaut, 2015
    Sous la direction de Guillaume Durand et Miguel Jean
    Pendant très longtemps, la relation soignant-soigné reposait sur une autorité médicale acceptée par tous. Aujourd’hui, la valorisation des principes de démocratie et d’égalité, la revendication d’une médecine respectueuse de l’autonomie du patient modifient en profondeur le contrat médical : le patient serait-il devenu un client (chirurgie esthétique, Gestation pour autrui, suicide assisté, etc.) et les soignants (...)

  • Revue Recherches en Éducation Hors série N°6 mars 2014

    Éducation et minimalisme moral

    Sous la direction de Guillaume Durand et Michel Fabre

    Guillaume Durand
    Les neuf contributions de ce numéro sont issues du symposium qui s’est tenu les 19 et 20 mars 2013 à Nantes, et qui a accueilli des chercheurs en philosophie, en sciences de l’éducation, en médecine et en éthique médicale et clinique. L’ensemble des conférences eut lieu en la présence chaleureuse de Ruwen Ogien qui participa aux débats, répondit patiemment et hardiment aux critiques et présenta lui-même une conférence publique.
    Numéro en (...)

  • Ouvrage collectif

    L’éthique clinique et les normes

    Sous la direction de Jean-Marie Lardic et Guillaume Durand

    Guillaume Durand, Jean-Marie Lardic
    Dans la médecine occidentale, le patient fut longtemps conçu comme un enfant à sauver, incapable ne serait-ce que de recevoir, de manière raisonnable, le savoir du médecin. Après la Seconde Guerre mondiale, la découverte des expérimentations scientifiques intolérables menées sur l’homme, mais aussi le vent libéral et individualiste des années 60, le progrès des biotechnologies, la démocratisation des savoirs ont favorisé l’émergence d’un nouveau paradigme et d’une nouvelle discipline : la (...)

1 2


Haut de page up

rechercher sur le caphi


aide & repérage

logouniv       Le site du CAPHI est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France.      Contrat Creative Commons