• IFAC

Accueil  Publications  Articles parus dans (...)  Habermas et la motiva

Les lumières de Jürgen Habermas

Habermas et la motivation de l’éthique

Revue Lumières n° 19, sous la direction de Tristan Coignard et Maiwenn Roudaut, p. 93-102

samedi 3 novembre 2012, Jean-Marie Lardic


On trouvera cet article de Jean-Marie Lardic dans le numéro 19 de la revue Lumières consacré à Jürgen Habermas, p. 93-102.

Présentation du numéro

Le dialogue avec les Lumières est un fil conducteur dans l’ensemble de la philosophie de Jürgen Habermas et représente selon lui un outil opératoire pour s’opposer aux « nouvelles mythologies » et à une « société anonyme sans sujet ». Si l’on reconnaît encore aujourd’hui que Habermas est resté fidèle au projet d’émancipation des Lumières, historiens comme philosophes ont tendance à mettre l’accent sur les déficits historiographiques de sa lecture des Lumières et sur les incohérences de la théorie institutionnelle qu’il en tire. Il est par conséquent opportun de dresser un bilan de la manière dont Habermas conçoit cette entreprise intellectuelle et dont il s’inscrit dans le sillage de cette démarche pour la poursuivre voire la renouveler.
Le retour sur les Lumières de Jürgen Habermas que les contributions rassemblées dans ce numéro de Lumières proposent comprend deux volets complémentaires : un examen critique de la lecture qu’il fait de certains auteurs essentiels des Lumières et une mise en perspective de la philosophie politique de Habermas sous l’angle des rapports de continuité et de rupture qu’elle entretient avec le projet d’émancipation du XVIIIe siècle. Cela constitue à la fois une réflexion sur le devenir des Lumières, sur leur impact dans la société contemporaine, et un éclairage inédit en France sur les enjeux actuels de la pensée philosophique allemande.




À propos de l'auteur :

Professeur de philosophie.
Philosophie allemande moderne et
contemporaine.


Courrier électronique : Jean-Marie Lardic


Du même auteur :
  • Hegel : Comment le sens commun comprend la philosophie

    suivi de : « La Contingence chez Hegel » par J.-M. Lardic

    Jean-Marie Lardic
    Le philosophe étonne déjà l’homme du commun en voulant comprendre le monde dans lequel celui-ci se contente de vivre. Mais lorsqu’il prétend, de plus, qu’il faut tout comprendre ou comprendre le Tout, l’entendement borné est scandalisé et ne peut supporter cette prétention. C’est sur la contingence que porte le débat, ce qui est mais qui pourrait aussi bien ne pas être, et ne sera bientôt plus. Où est la raison d’être de ce qui n’est que raison ? Les exemples peuvent être facilement évoqués pour se (...)

1 | 2 | 3


Haut de page up

rechercher sur le caphi


aide & repérage

logouniv       Le site du CAPHI est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France.      Creative Commons