• Caphi
Centre Atlantique de Philosophie
Accueil du site  Textes en ligne  Frege : du nombre au concept

Frege : du nombre au concept

lundi 19 février 2001, François Schmitz


Ce petit essai cherche à mettre en perspective historique ce que dit Frege dans la note (publiée à titre posthume) qu’il a rédigée à l’intention de l’historien des sciences L. Darmstaedter : « Je suis parti des mathématiques. Il me semblait que dans cette science, la tâche la plus pressante consistait à [lui fournir] un meilleur fondement. Je reconnus bientôt que le nombre n’est pas un tas, une suite de choses, ni une propriété d’un tas, mais que lorsque nous attribuons un nombre sur la base d’un décompte, nous énonçons quelque chose d’un concept (Platon, Hippias Majeur). Pour mener à bien une telle recherche l’imperfection logique du langage était un embarras. J’ai cherché à y remédier dans ma Bregriffsschrift. C’est ainsi que, des mathématiques, j’en suis venu à la logique. » (G. Frege, Nachgelassene Schriften, Hambourg, F. Meiner, 1969, p. 272).

On essaye donc de montrer les difficultés que pouvait rencontrer la vieille théorie du concept, - héritée pour l’essentiel d’Aristote et qui au cœur de la syllogistique – pour dégager la forme logique des attributions numériques ; difficultés que l’on retrouve, à un niveau plus « philosophique », dans les développements que, par ex., Suarez, ou plus tard le jeune Husserl, consacrent à la question du nombre. Puis on tente d’expliquer en quoi la « nouvelle » théorie du concept avancée par Frege lui permettait d’affirmer, en 1885, dans son article sur les théories formelles de l’arithmétique, « … je désigne par concept, ce en quoi se trouve le nombre… » (G. Frege, Kleine Schriften, Hildesheim, G. Olms, 1967, p. 105).

Remarque importante : ce petit essai est inédit et est mis en ligne sous ma seule responsabilité. Sa version primitive, fort voisine de celle qui est présentée ici, était incluse dans mon dossier pour soutenir une HDR ; il avait apparemment été bien reçu par les membres du jury. Depuis il ne fit l’objet que d’une circulation privée. F.S.

Documents joints




À propos de l'auteur :

Professeur de philosophie. Histoire et philosophie de la logique (Frege, Russell, Wittgenstein, Carnap, Quine, etc.). Empirisme logique (Cercle de Vienne). Théorie de la connaissance. Membre du comité éditorial de la revue Igitur.


Courrier électronique : François Schmitz


Du même auteur :
  • Le Cercle de Vienne

    François Schmitz
    Au début du XXe siècle se déroulèrent deux « révolutions » scientifiques majeures : les théories de la relativité et la « nouvelle logique ». Les philosophes et scientifiques qui se réunirent à Vienne autour de M. Schlick entre 1924 et 1936 (constituant le « Cercle de Vienne ») tirèrent les leçons de ces deux révolutions et élaborèrent en conséquence aussi bien une « théorie de la connaissance » qu’une théorie du langage et une critique radicale de la philosophie traditionnelle. Souvent réduites à quelques (...)

  • Wittgenstein

    François Schmitz
    Ludwig Wittgenstein (1889-1951), génie tourmenté, philosophe des mathématiques, inspirateur du Cercle de Vienne, a contribué au renouvellement de la Logique dans les années 20, à la suite de G. Frege et de B. Russell. Il est considéré comme l’un des pères de la philosophie dite analytique. Wittgenstein tenait la philosophie (spéculative), toujours en quête des « fondements », pour une sorte de maladie provoquée par une mauvaise compréhension de la « logique de notre langage ». Dans son oeuvre, il s’est (...)

  • Wittgenstein, la philosophie et les mathématiques

    François Schmitz
    Wittgenstein a consacré aux mathématiques et à la question de leurs fondements de nombreuses « remarques ». Le présent ouvrage à l’ambition d’en faire apparaître l’unité profonde et par là d’en dégager l’importance pour la philosophie, que le style déconcertant de Wittgenstein ne permet pas toujours d’apprécier.
    Wittgenstein ne se propose nullement de fournir une quelconque « philosophie des mathématiques » ; il cherche, tout au contraire, à montrer qu’il est vain de « s’inquiéter » pour elles. En tentant de «  (...)


Haut de page up

rechercher sur le caphi


aide & repérage

logouniv       Le site du CAPHI est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France.      Contrat Creative Commons