• Caphi
Centre Atlantique de Philosophie
Accueil du site  Publications  Du suicide - de l’immortalité de l’âme - (...)

Du suicide - de l’immortalité de l’âme - David Hume

préface de Pascal Taranto

mercredi 28 octobre 2009, Pascal Taranto


Est-il criminel de se suicider ? À cette question la superstition a toujours répondu « oui ». C’est en philosophe que David Hume (1711-1776) a voulu répondre « non », en réfutant toutes les raisons couramment alléguées pour nous priver de notre liberté naturelle à disposer de notre vie. Pas plus qu’il ne nuit à la société ou à notre prochain, le suicide n’est un outrage envers la providence divine. Et ce qui est déjà convaincant à la lumière du seul essai Sur le Suicide prend encore une autre force à la lumière de celui Sur l’Immortalité de l’Ame qui l’accompagne ; car si aucune raison naturelle ne peut prouver que nous continuerons d’exister après la mort, alors notre existence présente devient la source et la fin de toute valeur, au point que je sois fondé à supprimer la mienne si je juge qu’elle n’en a aucune. Ces deux essais, traduits en Français sans le consentement de Hume en 1770 par le Baron d’Holbach, athée notoire, ont valu à leur auteur une réputation scandaleuse au Siècle des Lumières. Pascal Taranto est Professeur Agrégé de philosophie, Docteur et Maître de Conférences à l’université de Nantes. Il a publié Du déisme à l’athéisme, la libre-pensée d’Anthony Collins, aux éditions Champion (2000).

Éditeur : Éditions Cécile Defaut (28 octobre 2009) Collection : La chose à penser, ISBN-10 : 235018076X, ISBN-13 : 978-2350180762




À propos de l'auteur :

Histoire de la philosophie anglaise (Locke, Hume, Berkeley, Toland, Collins).

Aujourd’hui : Professeur des universités (Université Aix-Marseile).


Courrier électronique : Pascal Taranto


Du même auteur :
  • Matérialisme et nécessitarisme au XVIIIe siècle

    La conséquence matérialiste

    Revue Dix-huitième Siècle, 26, 2014

    Angélique Thébert, Antoine Grandjean, Pascal Taranto
    Le numéro 46 (2014) de la revue Dix-huitième Siècle contient un dossier coordonné par Antoine Grandjean et Pascal Taranto, intitulé « La conséquence matérialiste ».
    Consacré au rapport entre nécessitarisme et matérialisme au XVIIIe siècle, il rassemble 7 contributions :
    Matteo Favaretti-Camposampiero : « La chaîne des causes naturelles. Matérialisme et fatalisme chez Leibniz, Wolff et leurs adversaires »
    Éleonore Le Jallé : « La réception humienne du nécessitarisme de Hobbes »
    Angélique Thébert : "David (...)

  • Érotisme – Revue 303

    N°131

    Pascal Taranto, Patrick Lang
    Numéro coordonné par Pascal Taranto, avec notamment des contributions de Pascal Taranto, Patrick Lang et de Gabrielle Marion Ledru (étudiante en M2).
    Présentation du numéro :
    Notre civilisation et notre technologie ont exacerbé le désir de tout voir, de tout entendre, de tout posséder : les caméras, les grandes oreilles, les petites boutiques du désir consumériste sont partout. Cette hystérie de la transparence, loin de laisser au désir le jeu des voiles et dévoilements qui toujours le suscite et (...)

  • Sous la direction de Laurent Jaffro

    Croit-on comme on veut ? Histoire d’une controverse

    Collection « Analyse et Philosophie »

    Cyrille Michon, Pascal Taranto
    Présentation
    Quelle sorte de contrôle et, par suite, de responsabilité, avons-nous à l’égard de nos croyances ? Dans quelle mesure pouvons-nous décider de croire ? Cette question agite la philosophie européenne depuis Aristote, les stoïciens, et les sceptiques ; avec les médiévaux, elle croise celle de la responsabilité du chrétien à l’égard de sa foi ; avec les modernes, elle rencontre le problème pratique de la tolérance. Cet ouvrage explore ainsi l’histoire de la controverse sur le rôle de la volonté (...)

  • Traduction, présentation et notes de Pascal Taranto

    Irréligion

    Croire en Dieu ? Un mauvais calcul

    Pascal Taranto
    Collection « Petite Bibliothèque de l’Athéisme » dirigée par Pascal Taranto.
    Présentation
    L’idée de Dieu ne vous impressionne pas, malgré son omniprésence dans les traditions humaines ? Vous pensez que croire est une chose, et raisonner scientifiquement une autre ? Vous n’accordez aux mythes religieux qu’un intérêt anthropologique, historique, littéraire – ce qui est déjà beaucoup ? Vous êtes irréligieux. Mais comme la libre pensée risque de disparaître si l’on ne s’en sert pas, il est bon de (...)

  • Sous la direction d’Antoine Grandjean et de Florent Guénard

    Le ressentiment, passion sociale

    Rennes, Presses Universitaires de Rennes, collection « Philosophica », 2012

    Antoine Grandjean, Florent Guénard, Pascal Taranto, Patrick Lang
    Le ressentiment n’a pas bonne presse : « passion irrationnelle », « expression de l’impuissance », « envie déguisée » – les termes ne manquent pas dans l’histoire de la pensée pour disqualifier ce qui est apparu, au mieux, comme le sentiment d’un malaise, au pire comme un désir de vengeance rentrée des classes populaires à l’encontre des élites. Trois caractéristiques du ressentiment sont alors généralement mises en évidence. D’abord, on souligne que c’est une passion spécifiquement moderne, qui (...)

  • Théodicées

    Antoine Grandjean, Blaise Benoit, Dominique Doucet, Pascal Taranto
    Ouvrage collectif consacré à l’histoire de la « théodicée », envisagée comme un régime de discours dont la spécificité engage peut-être celle du traitement que la métaphysique réserve à la question du mal.
    Il s’inscrit dans la continuité des « 2e Journées de La Baule » organisées par le département de philosophie en 2007.
    Cet ouvrage contribue à tirer au clair la spécificité formelle et la signification philosophique d’un motif discursif dont l’identité nominale (un néologisme), la quasi absence d’explication par (...)

  • Le spectateur impartial et la « médiocrité » de la vertu

    Conférence donnée à Curitiba, Brésil, juin 2007.

    Pascal Taranto
    Télécharger la version pdf de l’article
    Adam Smith est généralement crédité de l’invention, dans sa Théorie des sentiments moraux, d’une figure philosophique originale, celle du spectateur impartial, sorte de norme éthique personnifiée, ou, pour reprendre ses propres termes, de « grand juge et arbitre de notre conduite ». La conception générale de l’éthique qui sous-tend un tel personnage conceptuel et lui donne consistance n’est pourtant pas proprement smithienne ; Shaftesbury, Butler, Hutcheson et Hume (...)

1 2


Haut de page up

rechercher sur le caphi


aide & repérage

logouniv       Le site du CAPHI est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France.      Contrat Creative Commons