• Caphi
Centre Atlantique de Philosophie
Accueil du site  Publications  Critique et réflexion

Critique et réflexion

Essai sur le discours kantien

lundi 28 septembre 2009, Antoine Grandjean


Heidegger opposait à la « barbarie » contemporaine l’exemplarité du style philosophique kantien. Mais les grands postkantiens le jugeaient plutôt exemplairement barbare, parce que non thématisé, impropre, et même autocontradictoire. L’ouvrage prend au sérieux ce verdict, pour mieux l’inverser. Il identifie le statut de la connaissance critique, élucide les procédures de validation qu’elle convoque et montre que référer les thèses kantiennes au régime de discours qui les établit permet de prendre la mesure de leur radicalité. Il établit que le philosopher kantien relève d’une réflexion qui signifie discursivité, et dont le thème transcendantal répugne à être connu sur un mode objectivant. La fidélité de la connaissance critique à la nature de son thème ne peut toutefois l’autoriser à transgresser les limites qu’elle assigne à tout savoir. Les énoncés critiques appellent donc un mode de probation qui les réfère indirectement à l’intuition, ou au fait qui peut en tenir lieu. Forme du discours qui n’est pas sans effets de contenu : factualité d’un transcendantal impuissant à répondre à la question de son propre pourquoi, facticité de la structure qui possibilise une connaissance dont elle partage la contingence métaphysique, indéductibilité d’une loi morale dont l’absoluité sort renforcée de ne pouvoir être expliquée et ne cesse de féconder la pensée finie.

Broché : 288 pages. Editeur : Vrin (28 septembre 2009). Collection : Bibliothèque d’Histoire de la Philosophie. Langue : Français. ISBN-10 : 271162241X. ISBN-13 : 978-2711622412.




À propos de l'auteur :

Maître de conférences. Philosophie allemande moderne et contemporaine ; Philosophie morale et politique.


Courrier électronique : Antoine Grandjean


Du même auteur :
  • Matérialisme et nécessitarisme au XVIIIe siècle

    La conséquence matérialiste

    Revue Dix-huitième Siècle, 26, 2014

    Angélique Thébert, Antoine Grandjean, Pascal Taranto
    Le numéro 46 (2014) de la revue Dix-huitième Siècle contient un dossier coordonné par Antoine Grandjean et Pascal Taranto, intitulé « La conséquence matérialiste ».
    Consacré au rapport entre nécessitarisme et matérialisme au XVIIIe siècle, il rassemble 7 contributions :
    Matteo Favaretti-Camposampiero : « La chaîne des causes naturelles. Matérialisme et fatalisme chez Leibniz, Wolff et leurs adversaires »
    Éleonore Le Jallé : « La réception humienne du nécessitarisme de Hobbes »
    Angélique Thébert : "David (...)

  • Kant, Les Progrès de la métaphysique

    traduction, présentation et notes par Antoine Grandjean

    Antoine Grandjean
    « Quels sont les progrès réels de la métaphysique en Allemagne depuis le temps de Leibniz et de Wolff ? »
    La réponse historique que Kant donne à cette question posée par l’Académie de Berlin est lapidaire : que l’on étende le problème à tous les temps et tous les pays, et l’on devra répondre que la métaphysique n’a jamais fait de progrès. Elle n’a connu qu’une stagnation conflictuelle dans le néant, jusqu’à ce saut qui la conduisit du rien à l’achèvement, et qui coïncide avec le geste critique.
    Mais Kant donne (...)

  • sous la direction d’Antoine Grandjean et Laurent Perreau

    Husserl. La science des phénomènes

    CNRS Éditions, 2012

    Antoine Grandjean, Patrick Lang
    Edmund Husserl (1859-1938) a fondé une discipline nouvelle, la phénoménologie. Celle-ci développe une analyse descriptive des actes de la conscience intentionnelle (perception, imagination, souvenir, conscience d’autrui, etc.).
    Avec le premier livre des Idées directrices pour une phénoménologie pure et une philosophie phénoménologique (1913), Husserl définit la phénoménologie transcendantale comme « science des “phénomènes” ». Il expose la méthodologie de la pratique phénoménologique et conçoit un (...)

  • Sous la direction d’Antoine Grandjean et de Florent Guénard

    Le ressentiment, passion sociale

    Rennes, Presses Universitaires de Rennes, collection « Philosophica », 2012

    Antoine Grandjean, Florent Guénard, Pascal Taranto, Patrick Lang
    Le ressentiment n’a pas bonne presse : « passion irrationnelle », « expression de l’impuissance », « envie déguisée » – les termes ne manquent pas dans l’histoire de la pensée pour disqualifier ce qui est apparu, au mieux, comme le sentiment d’un malaise, au pire comme un désir de vengeance rentrée des classes populaires à l’encontre des élites. Trois caractéristiques du ressentiment sont alors généralement mises en évidence. D’abord, on souligne que c’est une passion spécifiquement moderne, qui (...)

  • Antoine Grandjean

    Le Piège du solipsisme, ou de l’absence du monde

    Livre électronique ( 37 p.)

    Antoine Grandjean
    Êtes-vous vraiment certain(e) que le texte que vous lisez existe en dehors de la représentation que vous vous en faites ? Êtes-vous absolument sûr(e) que votre voisin n’est pas un simple produit de votre imagination ? Et la chaise sur laquelle il vous semble être assis(e) ? Et celui qui prétend qu’il va vous entretenir du « solipsisme » ?
    On montre ici quels présupposés ont conduit un certain nombre de philosophes à tenir ce doute, si manifestement anti-naturel, pour une attitude théorique au moins (...)

  • Voudriez-vous revivre ?

    Editions M-editer, mars 2011

    Antoine Grandjean
    Voudriez-vous revivre ? Pour la tradition philosophique, cette question est le lieu d’une évaluation immanente de la vie, qui n’est jamais possible autrement que dans sa confrontation à sa propre suspension. Les philosophes divergent quant au sens de la réponse : un Non, par exemple, peut accuser la vie, comme dire la satisfaction de celui qui n’entend pas recommencer ce qui fut bien mené. Après avoir passé en revue certaines occurrences historiques du motif (de Cicéron à Nietzsche, en passant par (...)

  • Théodicées

    Antoine Grandjean, Blaise Benoit, Dominique Doucet, Pascal Taranto
    Ouvrage collectif consacré à l’histoire de la « théodicée », envisagée comme un régime de discours dont la spécificité engage peut-être celle du traitement que la métaphysique réserve à la question du mal.
    Il s’inscrit dans la continuité des « 2e Journées de La Baule » organisées par le département de philosophie en 2007.
    Cet ouvrage contribue à tirer au clair la spécificité formelle et la signification philosophique d’un motif discursif dont l’identité nominale (un néologisme), la quasi absence d’explication par (...)

  • Sur l’échec de tout essai philosophique en matière de théodicée

    Antoine Grandjean
    Est mal ce qui devrait ne pas être. Comment un discours philosophique qui entend montrer que le réel est rationnel pourrait-il s’en accommoder ? La métaphysique classique entreprend alors de justifier le monde et son Créateur, en établissant que ce qui fait scandale n’est une objection qu’apparente : au tribunal de la raison métaphysicienne, la plainte juridique contre Dieu nourrie par la plainte existentielle est toujours déboutée. Kant fait justice de ce procès, en le soumettant lui-même au tribunal (...)

1 2


Haut de page up

rechercher sur le caphi


aide & repérage

logouniv       Le site du CAPHI est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France.      Contrat Creative Commons